Oeufs au fipronil : en réponse à l’Afsca, Denis Ducarme affirme que “la protection du consommateur doit primer”

MR's head of group, Denis Ducarme pictured during a plenary session of the chamber at the federal parliament in Brussels, with the debate on the political declaration that Belgian Prime Minister made yesterday, Monday 17 October 2016. The governmental declaration was initialy set on 11 October but there was no agreement on budget, and it was rescheduled on a Sunday, with the debate on Monday and the vote on Tuesday. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

L’instruction judiciaire en cours concernant une contamination de milliers d’œufs à l’insecticide fipronil n’est “pas un argument”, a estimé lundi le nouveau ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme (MR), lors d’un entretien avec La Première, également diffusé sur BX1. “La protection du consommateur doit primer. Le rapport que j’ai demandé à l’Afsca nous apprendra ce qui a été demandé par le parquet”, a-t-il indiqué.

Interrogé sur le silence de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), qui était au courant d’une contamination depuis juin, M. Ducarme a rappelé qu’il avait demandé un rapport “circonstancié” sur toutes les actions entreprises par l’agence depuis le début de l’affaire. Ce rapport doit être remis “rapidement” et sera ensuite transmis aux différentes commissions concernées à la Chambre, a précisé le ministre. Une éventuelle réunion au parlement se tiendra lorsque le rapport aura été remis, a-t-il dit. Dimanche, le président de la commission Économie et Agriculture, Jean-Marc Delizée, avait évoqué la date de mardi.

Début juin, la présence de l’insecticide fipronil, interdit dans la chaîne alimentaire, avait été détecté dans un échantillon d’oeufs par l’Afsca, a en outre confirmé le ministre de l’Agriculture. La concentration du produit était néanmoins en dessous des seuils européens, a-t-il rapporté. Des tests ont alors été demandés à un laboratoire néerlandais car la Belgique n’avait pas l’expertise suffisante pour le faire. Cela pourrait également expliquer l’arrivée tardive des informations en Belgique, selon le ministre. “J’ai demandé à ce que les tests relatifs au fipronil puissent être réalisés en Belgique”, a-t-il annoncé. Denis Ducarme doit rencontrer les responsables de l’Afsca, sur laquelle il a la tutelle, lundi matin.

(Belga, photo Belga/Nicolas Maeterlinck)

Partager l'article

07 août 2017 - 08h58