Occupation à l’ULB et l’UCL: réunion avec le ministre et les recteurs mardi

La réunion demandée par les étudiants avec le cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt, les recteurs des universités francophones et l’ARES (Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur) aura lieu mardi à 17H00, a indiqué vendredi le recteur de l’Université catholique de Louvain (UCL) Vincent Blondel. Le lieu de la rencontre n’a pas été précisé. Les étudiants de l’ULB (Université libre de Bruxelles) ont décidé de maintenir l’occupation de leur rectorat, initiée vendredi passé, jusqu’à cette rencontre. Étant donné que le relai est empêché à Louvain-la-Neuve, ceux de l’UCL font une trêve pour le week-end et reviendront mardi matin.

Les étudiants de l’ULB organisent diverses activités de sensibilisation dans le rectorat, qui a été laissé à leur disposition. Ils ont recueilli environ 80 signatures de professeurs, chercheurs et membres du personnel qui marquent leur opposition à la hausse des frais d’inscription des étudiants hors Union européenne (UE) et appellent les autorités académiques à agir dans les marges de leur autonomie institutionnelle et de jouer de leur poids politique pour garantir l’accès le plus large possible aux bancs de l’université.

Si l’UCL craint la présence de personnes étrangères au campus dans l’occupation du rectorat sur le site de Louvain-la-Neuve, Tanguy Massin, président de l’AGL (Assemblée générale des étudiants de Louvain), assure que tous les occupants sont des étudiants issus des universités francophones belges. Le recteur de l’UCL déplore cette rupture des règles habituelles de concertation, mais voit positivement l’engagement des étudiants pour de telles causes.

Vincent Blondel assure partager leurs préoccupations en termes d’accès large à l’université et de démocratisation des études. Pour rappel, depuis juin 2016, la possibilité a été donnée à l’ARES par le décret Paysage de fixer les frais complémentaires à payer par les étudiants hors UE jusqu’à un plafond de 12.525 euros. Depuis la rentrée de septembre 2016, les frais d’inscription que doivent payer les étudiants issus des pays en voie de développement sont passés de 2.758 à 4175 euros. (Belga)

REPORTAGE de David Courier et d’Antoine van der Straeten

Partager l'article

28 avril 2017 - 17h56