Non-marchand : « On a fait beaucoup de progrès », dit De Block, « On n’a rien », répondent les syndicats

« On a fait beaucoup de progrès« , a estimé jeudi la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block à l’issue d’une réunion avec les représentants des syndicats du non-marchand. Les partenaires ont convenu de se revoir dès 14h00, puis chaque jeudi à cette même heure afin d’aboutir à un pré-accord pour le secteur au niveau fédéral d’ici l’été. Prêts à la discussion, les syndicats affirment néanmoins n’avoir rien obtenu à ce stade.

Maggie De Block a confirmé le souhait du gouvernement fédéral d’accélérer les négociations, à l’issue d’une réunion qui s’est tenue en présence du Premier ministre Charles Michel et du ministre de l’Emploi Kris Peeters. « Nous avons mis ensemble nos priorités, compilées dans cinq paquets de mesures, qui traitent notamment de la « Worklife Balance » (temps de travail sur la durée de la carrière) et de la classification des fonctions. » « On n’a rien« , a répondu Christian Masai, secrétaire fédéral SETCa. « Aucun élément concret supplémentaire n’a été mis sur la table. Le gouvernement renvoie tous les points à l’exercice budgétaire du mois de juillet. Seul le montant de 15 millions d’euros a été évoqué… pour un secteur qui représente quelque 150.000 travailleurs. On ne répond pas de cette manière à un cahier de revendications. Les actes ne suivent pas. »

Yves Hellendorff, secrétaire national CNE salue toutefois « la volonté du gouvernement de prendre à bras le corps le dossier. Mais le Premier ministre ne s’est engagé sur aucun budget. C’est toujours le flou à propos de 15 millions d’euros. Au-delà de ce montant, nous voulons surtout définir un pré-accord d’ici l’été. Si celui-ci n’existe pas, le risque est de voir le gouvernement faire son choix « dans le menu » sans nous concerter. Nous allons donc travailler techniquement jusqu’à la mi-juillet. Si aucun accord ne se dégage, nous envisagerons une mobilisation en septembre. » « Le gouvernement n’a pas encore réellement précisé ses intentions pour 2017, et encore moins pour les prochaines années« , a relevé Eric Dubois, responsable sectoriel CGSLB. « Ces accords sociaux sont pourtant indispensables pour améliorer les conditions de travail et les rémunérations des travailleurs.« 

Les représentants syndicaux sont ensuite partis vers la place des Barricades à Bruxelles, où se déroule une manifestation. (Belga)

  • Interview de Yves Hellendorff, CNE-Non-marchand

Partager l'article

01 juin 2017 - 11h19