Neder-over-Hembeek : le fédéral et Bruxelles restent opposés sur le destin du Petit-Château

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), a obtenu le feu vert du conseil des ministres pour la création d’un centre unique pour les demandeurs d’asile à Neder-Over-Heembeek, une localité du nord de la capitale. L’annonce, le 1er juillet, de l’ouverture d’un tel centre d’une capacité, dans un premier temps, de 750 places, le 1er janvier 2019, a fait froncer les sourcils du futur bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philipe Close.

Tout en saluant la décision du gouvernement fédéral de réaffecter le site du Petit-Château, le long du Canal, M. Close (PS) avait souligné il y a quelques jours qu’il ne pouvait être question de trouver une solution aux dépens du nord de Bruxelles, à un endroit, de plus mal connecté au réseau de transport public. Selon M. Close, cette zone assume déjà une part importante des équipements : usines Seveso, incinérateur, demain la future grande prison d’Haren et un centre spécialisé dans l’organisation du premier accueil de mineurs étrangers non accompagnés (Mena).

Interrogé vendredi au parlement bruxellois par le député et président du CPAS de la Ville de Bruxelles, Ahmed El Ktibi, M. Vervoort (PS) a indiqué que la Ville de Bruxelles pouvait compter sur la solidarité de la Région dans ce dossier. À ses yeux, les demandeurs d’asile doivent certes être accueillis dans des conditions décentes, mais il importe de veiller à une juste répartition de cette population. Or, le fédéral use par facilité du territoire de la Région bruxelloise et singulièrement de la Ville de Bruxelles pour ce faire et ensuite dire que « cela ne marche pas », a commenté M. Vervoort. (avec Belga)

  • Reportage de David Courier et Quentin Rosseels.

Partager l'article

14 juillet 2017 - 16h29