Marie Nagy quitte Ecolo après que la Commission des Membres du parti a annulé son exclusion

20121014 - BRUSSELS, BELGIUM: Bart Dhondt, Bruno De Lille and Marie Nagy pictured in a bar, in the evening, on the day of the Belgian municipal and provincial elections, in Saint-Josse-ten-Noode / Sint-Joost-ten-Node, Sunday 14 October 2012. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Marie Nagy, conseillère communale à la ville de Bruxelles et ancienne députée fédérale, a annoncé par voie de communiqué sa décision de quitter le parti Ecolo. Elle avait été démise de ses fonctions de cheffe de groupe Ecolo à Bruxelles : l’Assemblée Générale d’Ecolo Bruxelles avait même demandé son exclusion. La commission des membres d’Ecolo a toutefois estimé qu’il n’y avait pas “matière à exclusion”, selon Marie Nagy.

La bisbrouille interne date du mois de mars et la diffusion d’une carte blanche de la sociologue bruxelloise au sujet de la laïcité. L’assemblée générale d’Ecolo Bruxelles avait alors demandé d’exclure Marie Nagy du parti. La commission des membres d’Ecolo a finalement annoncé que cette exclusion n’était pas justifiée. Marie Nagy a toutefois été suspendue “6 mois de la locale”, selon cette même commission. C’est ce que nous révélait sur le plateau de BX1 la co-présidente d’Ecolo Zakia Khattabi ce mardi. Une révélation qui n’a pas plu à Marie Nagy : “À mon grand étonnement, cette sanction a été annoncée ce mardi sur un plateau de télévision par la direction d’Ecolo, alors que la Commission des Membres m’avait demandé de garder la confidentialité”.

La conseillère communale a donc annoncé sa décision de quitter le parti Ecolo et de déposer plainte “pour des accusations graves à mon égard qui constituent des infractions à la loi pour calomnie, diffamation et injure”. Marie Nagy fait ici référence à des insultes qu’aurait proféré la conseillère communale Ecolo Zoudida Jellab à la mi-mars. Cette dernière aurait traité Marie Nagy de “raciste et d’islamophobe”, “par e-mails et également devant témoin”, assure Marie Nagy.

Marie Nagy explique sa décision de quitter le parti : “Attachée aux  valeurs d’un projet écologiste, fondé sur le respect,  l’échange, le dialogue, le débat, je constate qu’à Ecolo c’est le dénigrement et l’exclusion  qui prévalent dans la gestion de cette polémique. Comment encore travailler avec des gens qui pratiquent depuis des mois le harcèlement et qui souhaitent votre exclusion ? Je tourne  donc avec une grande tristesse la page de cette longue histoire commune avec Ecolo”. Marie Nagy siègera donc en tant qu’indépendante au prochain conseil communal de la ville de Bruxelles. (Gr.I., photo Belga/Laurie Dieffembacq)

Partager l'article

14 juin 2017 - 15h29