Lutgen veut éjecter le PS des gouvernements régionaux : voici les majorités possibles sans les socialistes

parlement

Le président du cdH Benoît Lutgen a créé un nouveau séisme politique en Wallonie et à Bruxelles, ce lundi, en annonçant qu’il souhaitait « rompre directement avec le PS », et créer « des majorités positives » avec d’autres partis, lançant un appel claire « au MR, à Ecolo et à DéFI ».

Mais quelle majorité peut désormais sortir de ces négociations, visiblement déjà entamées en coulisses ? En effet, on a notamment appris que le président de DéFI Olivier Maingain revenait d’urgence du Canada suite à cette annonce explosive de Benoît Lutgen.

Toutefois, avant que le départ du cdH soit acté, il est important de noter que des motions de méfiance à l’égard de la coalition PS-CDH vont devoir être votées et cela risque de prendre au moins 48 heures.

Au gouvernement bruxellois, le PS ne peut pas tenir avec la majorité actuelle, sans le cdH (la majorité deviendrait minorité avec 44 sièges sur 89). Les socialistes devraient donc lancer de nouvelles négociations avec Ecolo voire… le PTB, pour poursuivre l’action du gouvernement actuel. Ce qui semble difficile vu les tensions actuelles entre ces différents groupes.

Le cdH, par contre, peut espérer prendre place dans un nouveau gouvernement bruxellois en cas de négociations positives avec le MR, DéFI, Ecolo, Open VLD, Groen et CD&V (soit 55 sièges sur 89, 45 francophones et 10 néerlandophones). Cela pourrait également fonctionner sans Groen et Ecolo mais avec le sp.a, ce qui permettrait d’obtenir une majorité de 47 sièges (37 francophones et 10 néerlandophones).

La situation est également délicate au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Sans le cdH, le PS devient minoritaire avec ses 36 députés sur 94. Il lui faudrait trouver un accord avec le MR, au moins, pour reformer une majorité dans cet hémicycle. Le cdH, pour sa part, compte également trouver un accord avec le MR, Ecolo et DéFI pour assurer une majorité (avec 55 sièges sur 94). Une coalition avec le MR, le cdH et DéFI (49 sièges) est également possible, tout comme une coalition entre le MR, le cdH et Ecolo (52 sièges).

Les négociations se poursuivent en coulisses, et elles s’annoncent pour le moins compliquées. (Gr.I., photo Belga)