Logement : Nord-africains et Subsahariens discriminés dans plus de 30% des cas

LOGEMENTLa discrimination au logement reste très importante en Belgique et particulièrement à Bruxelles. Dans la capitale, les hommes portant un nom à consonance nord-africaine ou africaine subsaharienne voient directement leur candidature à une location mise de côté, dans plus de 30% des cas, ressort-il d’une étude sur la discrimination sur le marché locatif privé de la Région bruxelloise, réalisée par l’université de Gand pour la ministre bruxelloise ministre Céline Fremault (cdH), en charge du Logement. L’information est relayée mercredi dans La Libre Belgique.

Selon l’étude, qui ne porte que sur les locations privées, 44% des hommes dont le nom est d’origine nord-africaine voient leur demande de candidature pour un logement mise directement de côté. Pour les candidats au nom à consonance subsaharienne, la proportion est de 30% des demandes, conclut l’université. Celle-ci a réalisé des milliers de tests de correspondance, pour comparer des candidatures présentant ou non un marqueur de discrimination, comme une indication d’origine ethnique. Le critère du chômage apparaît aussi comme un élément de discrimination prépondérant : les demandes de logement des chômeurs sont mises de côté dans un cas sur trois.

Capturediscri1        Capturediscri

On en parle avec Claire Gilissen, Porte-parole de l’Institut Professionnel des Agents Immobiliers (IPI) dans M le Mag de la Rédac

Partager l'article

07 juin 2017 - 18h42