Les camions cibles d’une large action de contrôle de fraude au tachygraphe à Grand-Bigard

La police belge et des experts de Pologne, des Pays-Bas, de France, d’Allemagne, du Danemark et d’Irlande ont effectué mardi une action de contrôle internationale dans le but de détecter les manipulations du tachygraphe utilisé par les poids lourds. L’appareil enregistre les temps de conduite et de repos. « Le trafiquer peut gravement mettre en péril la sécurité routière », indique la police fédérale. Le secrétaire d’Etat à la Lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer, a pris part aux contrôles menés sur les routes du pays.

Pour trafiquer ces appareils, certains fraudeurs utilisent, par exemple, des aimants qui permettent d’enregistrer un temps de repos à la place d’un temps de conduite. Les chauffeurs peuvent ainsi conduire un plus grand nombre d’heures, mais risquent également de s’endormir au volant. Une manipulation au niveau du tachygraphe peut également bloquer le système de freinage ABS et le limiteur de vitesse, entraînant des conséquences pouvant être dramatiques pour les autres usagers de la route, car le temps d’arrêt d’un camion sera plus long.

La police pointe non seulement le risque de graves lésions corporelles en cas d’accident, mais aussi les lourdes conséquences économiques au regard des embouteillages qu’engendrent les accidents impliquant un poids lourd.

L’action de coopération internationale vise également à permettre l’échange de connaissances et de bonnes pratiques. Les différentes équipes pourront aussi actualiser leurs informations relatives aux dernières techniques de fraude.

Une de ces actions de la police a eu lieu sur le parking de Grand-Bigard, le long de l’autoroute E40 vers Gand. 46 camions ont été contrôlés et 11 d’entre eux faisaient l’objet d’une fraude au tachygraphe. Six chauffeurs roumains, un slovaque, un néerlandais, un polonais, un ukrainien et un belge ont été surpris suite à ce contrôle. Cinq autres chauffeurs ont été pris pour l’ajoute d’un additif dans leur carburant. Dix camions ont été immobilisés jusqu’à ce qu’ils soient remis en ordre. La police a perçu plus de 42.000 euros d’amendes suite à ces contrôles. (avec Belga)

  • Images : Belga

Partager l'article

16 mai 2017 - 19h02