Le parlement bruxellois donne son feu vert à une fusion Vivaqua-Hydrobru

20150107 - BRUSSELS, BELGIUM: Illustration picture shows the Vivaqua logo at the Vivaqua headquarters on Wednesday 07 January 2015, in Brussels. BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

Le parlement bruxellois a adopté vendredi après-midi en séance plénière une proposition d’ordonnance ouvrant la voie à une fusion entre les intercommunales de gestion de l’eau Vivaqua et Hydrobru. Un précédent texte avait été bloqué à la suite d’une procédure en conflit d’intérêts du parlement flamand déclenchée car un certain nombre de communes se plaignaient de ne pouvoir quitter Vivaqua dans des conditions acceptables.

Les communes flamandes voulaient quitter l’intercommunale en raison de la fusion. Vivaqua s’occupe principalement de la distribution d’eau. Elle rassemble des communes bruxelloises, du Brabant flamand et du Brabant wallon. Hydrobru, qui se concentre quant à elle sur l’assainissement, se trouve dans une situation financière difficile en raison des investissements importants que nécessite le réseau de canalisations bruxellois. La fusion des intercommunales peut compter sur un large soutien au sein de la Région bruxelloise. L’opération simplifierait le secteur et permettrait de rationaliser les coûts, tout en offrant la garantie que la Région pourrait maintenir son prix de l’eau au niveau le plus bas du pays.

Lors des débats en commission vendredi, tous les intervenants s’étaient déjà montrés satisfaits de l’accord intervenu entre Vivaqua et les communes flamandes. La commission avait adopté la proposition à l’unanimité, y compris un amendement d’Ecolo et Groen qui prévoit que les opérateurs de l’eau peuvent s’associer, mettre des moyens en commun, échanger mutuellement du personnel ou encore participer au capital l’un de l’autre. Lors du vote en plénière, seul le PTB s’est abstenu. « L’issue positive de ce dossier, exceptionnelle dans les dernières procédures en conflits d’intérêts, mérite d’être soulignée », estiment Charles Picqué et Jan Peumans. « Elle démontre qu’un dialogue ouvert et respectueux entre les acteurs concernés permet d’aboutir à des solutions concrètes, au bénéfice de tous », concluent-ils. (Belga, photo Belga/Siska Gremmelprez)

Partager l'article

02 juin 2017 - 18h10