La santé des adolescents: du bon et du moins bon

Le Service d’information « promotion éducation santé » (Sipes) de l’ULB a évalué la santé physique et mentale des jeunes adolescents. Une enquête réalisée en Fédération Wallonie-Bruxelles, dans le cadre d’une étude internationale (Health Behaviour in Schoolaged Children HBSC). Maud Dujeu, chercheuse et doctorante Ecole de Santé Publique de l’ULB était l’invitée de M le Mag de la rédac. 

Les résultats de l’enquête en 2014 mettent en évidence des constats positifs : à titre d’exemple, la plupart des élèves déclarent être très satisfaits de leur vie (85%) et les adolescents scolarisés en FWB font partie des plus grands consommateurs quotidiens de fruits et légumes, en comparaison des autres pays ayant participé à l’étude HBSC en 2014. Et pourtant d’autres chiffres sont moins enthousiasmants, la consommation de malbouffe et de boissons sucrées reste importante. Autre constat, le comportement sédentaire d’un jeune adolescent risque de provoquer des maladies chroniques dans la vie adulte.

Cette enquête souligne, à l’inverse, la présence de marges d’amélioration dans des domaines variés : par exemple, plus d’un tiers des adolescents consomment chaque jour des boissons sucrées, seuls 16% pratiquent au moins une heure d’activité physique tous les jours.

D’importantes inégalités en matière de santé sont observées en défaveur des jeunes issus de milieux socioéconomiques moins favorisés, de ceux ne vivant pas avec leurs deux parents et de ceux scolarisés dans l’enseignement professionnel.

L’objectif de cette enquête est de fournir des informations récentes aux divers acteurs de promotion de la santé ciblant un public d’adolescents, et de contribuer à l’élaboration et à l’amélioration de politiques et d’interventions visant à promouvoir des comportements et environnements favorables à la santé et au bien-être des adolescents.

Plus d’informations sur le site: ici

 

Partager l'article

23 mai 2017 - 18h17