La plateforme logement lance une nouvelle action contre les loyers abusifs à Bruxelles

20140203 - NAMUR, BELGIUM: Illustration picture shows two 'a louer' signs on Monday 03 February 2014, in Namur. BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

Des militants de la plateforme logement ont à nouveau réclamé mercredi, par le biais de saynètes, que des mesures de lutte plus effectives contre les loyers abusifs et contre les possibilités de recourir à des baux de courte durée soient intégrées dans le projet d’ordonnance sur les baux, prochainement débattu au parlement bruxellois.

La plateforme logement, qui regroupe des représentants des syndicats, d’Inter-Environnement Bruxelles, du Mouvement Ouvrier Chrétien, du Rassemblement pour le Droit à l’Habitat, et des Equipes populaires, a organisé mercredi, devant la justice de Paix, des saynètes au sujet de témoignages de locataires désabusés. L’occasion de rappeler qu’elle demande « aux parlementaires d’introduire le droit, pour le locataire lésé, de demander au juge de paix de ramener le loyer contractuellement convenu, à un montant plus raisonnable ». Cela implique « d’intégrer le droit de saisir la justice de Paix dès lors qu’un loyer est manifestement disproportionné », ainsi que l’instauration d’une commission paritaire d’expertise locative chargée de renégocier les loyers abusifs « et de remettre aux juges du Paix un avis sur le montant raisonnable du loyer ».

La coupole d’associations pour le droit au logement cite encore les dernières statistiques sur les loyers, qui « confirment l’ampleur du problème: les logements de mauvaise qualité sont le plus souvent loués 50 euros plus cher que les logements de qualité moyenne. Dans le contexte actuel de pénurie de logements décents, le déséquilibre des négociations entre propriétaires et candidats locataires se renforce ». (Belga, photo Belga/Siska Gremmelprez)

Partager l'article

31 mai 2017 - 17h51