La mort du jeune migrant à Bruxelles « est due à un manque de prévoyance », selon le délégué aux droits de l’enfant

Un jeune migrant a été écrasé par un bus samedi près de la gare de Bruxelles-Nord, alors qu’il s’y était accroché afin d’atteindre la ville française de Calais. Il a succombé à ses blessures, a confirmé mardi le parquet de Bruxelles. Ce décès n’est « sans doute pas accidentel (mais) la conséquence indirecte du manque de prévoyance et de précaution«  à l’égard des mineurs étrangers non accompagnés (Mena), dénonce mardi Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l’enfant pour la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Des centaines de migrants, dont de nombreux Mena dorment chaque soir (dans le parc Maximilien, proche de la gare du Nord, NDLR) dans des conditions humainement intolérables« , s’indigne Bernard De Vos, soulignant que cette situation est dénoncée depuis plusieurs semaines par les organisations humanitaires et des droits de l’Homme. « La seule intervention de l’État se résume à celle de la police. Celle-ci effectue de nombreux contrôles et autant de rafles qui se terminent par la confiscation des sacs de couchage et des maigres biens dont disposent ces malheureux. »

Selon le Délégué général aux droits de l’enfant, les Mena bénéficient d’une protection insuffisante, « du fait même de l’approche sécuritaire et répressive choisie par l’ensemble des pays européens et à laquelle la Belgique n’échappe pas ». Pour M. De Vos, le décès du jeune migrant est ainsi la « conséquence indirecte du manque de prévoyance et de précaution à l’égard de ces enfants. (…) Aucune autorité ne peut nier avoir été dûment informée de leur présence dans le parc Maximilien« .

Le délégué recommande, afin d’éviter d’autres drames ou de contraindre ces enfants à la clandestinité, d’ouvrir un centre d’accueil d’urgence qui permettra aux Mena de bénéficier « de conditions de vie acceptables et de disposer d’une information accessible pour leur permettre de poser les choix les plus judicieux pour leur avenir ». (avec Belga)

  • Reportage de Valérie Leclercq et Anaïs Letiexhe.

Partager l'article

25 juillet 2017 - 16h45