Kazakhgate: Patokh Chodiev ne répondra pas à la citation à comparaître de la commission d’enquête

Vicky Osaer, Stefaan Gheskiere and N-VA's Sarah Smeyers pictured during a session of the parliamentary inquiry commission on the plea agreement, at the federal parliament, in Brussels, Wednesday 07 June 2017. This commission inquires the circumstances which led to the approbation and the application of the law of 14 April 2011 on the plea agreement. BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Le milliardaire caucasien Patokh Chodiev ne se rendra pas devant la commission d’enquête parlementaire Kazakhgate, a confirmé jeudi son avocat, Pascal Vanderveeren, selon qui ladite commission ne dispose par ailleurs pas de moyens coercitifs pour ce faire. Tout au plus, pourrait-elle, s’il échet, s’en remettre entre les mains du procureur du Roi qui pourrait à son tour renvoyer l’affaire devant le tribunal correctionnel. Dans cette hypothèse, “nous serons là pour rappeler les principes qui règlent la justification en matière pénale: quelqu’un est justifié à refuser quelque chose s’il y va, non pas de son confort personnel, mais de sa réputation, de son honneur qui, en l’espèce, est bafoué par une commission qui s’est laissée aller à une certaine forfanterie”, a-t-il dit.

La commission d’enquête a décidé mercredi de citer Patokh Chodiev, par voie d’huissier, à venir témoigner devant elle après que ce dernier a refusé l’invitation qui lui avait été lancée. De nationalité belge (et russe), M. Chodiev est tenu, selon la loi, de répondre aux convocations d’une commission d’enquête parlementaire. L’avocat de M. Chodiev estime son honneur sali alors que son client a été qualifié de “mafieux”, de “criminel” ou que certains ont souligné qu’il avait été “condamné”. Des institutions bancaires et financières l’interrogent aujourd’hui au sujet de ces accusations, alors qu’il est à la tête d’un empire employant quelque 80.000 personnes, essentiellement en Russie. (Belga)

Partager l'article

06 juillet 2017 - 12h28