Itsme, une nouvelle application belge pour remplacer tous les mots de passe utilisés en ligne

Les quatre grandes banques et les trois opérateurs de réseaux mobiles belges, réunis au sein du consortium Belgian Mobile ID, ont lancé mardi ‘itsme’, une application servant d’identité numérique qui doit remplacer tous les mots de passe utilisés en ligne. Les autorités fédérales sont également de la partie dans ce projet unique au monde, qui est à la fois « extrêmement sûr, simple et qui assure la protection de la vie privée ».

À l’heure actuelle, le Belge a besoin de nombreux mots de passe, de noms d’utilisateurs, de tokens ou encore de lecteurs de carte. Grâce à itsme, il peut désormais posséder une seule identité numérique et pourra beaucoup plus facilement accéder à une multitude de services en ligne. L’application est le fruit de la collaboration entre les autorités et le secteur privé, c’est-à-dire les banques ING, BNP Paribas Fortis, Belfius et KBC, et les opérateurs mobiles Proximus, Base/Telenet et Orange. Ces différents partenaires, « concurrents mais devenus partenaires » comme souligné mardi lors de la présentation d’itsme, ont investi quelque 20 millions d’euros pour arriver à cette solution. Celle-ci permet par exemple de se connecter de manière sûre à des sites internet, d’introduire une demande de document auprès de la commune, de confirmer des transactions en ligne et, courant 2018, de signer des documents officiels (sur Tax-on-web ou Mypension.be notamment).

« Nous utilisons notre smartphone pour beaucoup plus que seulement des communications », a illustré Jacques Godet, président du conseil d’administration de Belgian Mobile ID, suggérant que ces appareils puissent se muer en clés de voiture ou de maison à l’avenir. « Mais comment être sûr que je suis réellement la personne que je prétends être? », demande-t-il. L’application doit répondre positivement à cette question. Pour chaque action, l’utilisateur est invité à saisir son code secret (à cinq chiffres) propre à l’application sur son smartphone. Il peut aussi utiliser son empreinte digitale si son téléphone le permet.

L’activation est actuellement possible par le biais des quatre banques précitées et le sera bientôt aussi via la carte d’identité électronique et un lecteur de carte. L’identité mobile créée ne pourra l’être qu’à partir de cette même carte d’identité, a, pour sa part, souligné le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Jan Jambon (N-VA). Et elle ne pourra être utilisée que dans le monde numérique. « La carte d’identité physique reste le seul document officiel et n’est pas remplacée par l’identité mobile sur smartphone », a-t-il insisté.

itsme, disponible dès à présent sur l’Apple Store et sur Google Play, combine la fiabilité de la carte bancaire classique (puce et code secret) à la technologie de la sécurité de la carte sim, ce qui fait que l’application n’est utilisable que sur un seul téléphone. Il y a donc une triple sécurité (smartphone, carte sim et code itsme personnel). Les Belges en déplacement à l’étranger pourront continuer à utiliser l’application comme s’ils étaient en Belgique pour autant qu’ils n’en changent pas la carte SIM. Quelques fonctionnalités seront en outre disponibles sur des GSM classiques vers le mois de septembre.

Le ministre des Télécommunications et de l’Agenda numérique Alexander De Croo (Open VLD) s’est réjoui de cette première mondiale et du rôle de leader de la Belgique dans le domaine de l’identification en ligne. Il s’est aussi empressé de jeter et se débarasser de son lecteur de carte bancaire, « objet de nombreuses frustrations » selon lui. Plus sérieusement, il a relevé le changement législatif qui permet désormais aux partenaires privés de pouvoir identifier les citoyens en ligne à l’image de ce que font déjà les autorités. « Nous avons créé un environnement pour que le secteur technologique puisse évoluer. » Il a pointé la pénétration des smartphones particulièrement élevée en Belgique et a rappelé l’importance de la connaissance du monde numérique et de son fonctionnement dans la société actuelle. Le ministre voit d’ailleurs l’application comme un facteur pouvant convaincre les plus sceptiques que cette solution facilite vraiment la vie.

Et en cas de vol du smartphone, il suffira de faire bloquer son compte itsme, à l’image du blocage existant aujourd’hui pour une carte bancaire dérobée. Jan Jambon a d’ailleurs suggéré mardi aux différents partenaires de réfléchir à un système centralisé pour un tel cas de figure. Quant à l’utilisateur, il contrôlera à 100% ses données, promet Kris De Ryck, CEO de Belgian Mobile ID. Il n’y aura pas d’usage commercial de celles-ci, assure-t-il encore. (Belga, photo Belga/Benoît Doppagne)

  • Interview de Belga

Partager l'article

30 mai 2017 - 14h05