Hamza Fassi-Fihri : “Pas rassuré sur la manière dont la police va gérer les événements autour du Mondial”

Le vice-président du cdH Hamza Fassi-Fihri, député bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles et conseiller communal à la Ville de Bruxelles, a répondu aux questions de Stéphanie Meyer dans L’Interview, ce mardi.

Il revient notamment sur les émeutes qui ont marqué le centre-ville de Bruxelles samedi dernier. « C’est à cause de vandales qu’il y a eu ces dégâts et ces blessés », tient à rappeler le conseiller communal bruxellois. Il se pose notamment des questions autour de la gestion des événements, notamment suite au témoignage des pompiers qui « ne se sentaient pas en sécurité avant même l’arrivée de la police ». Hamza Fassi-Fihri espère obtenir des réponses au prochain conseil communal et compte interpeller le bourgmestre Philippe Close. « Aucune arrestation administrative ? Cela demande des explications », lance-t-il.

Il a également évoqué la proposition du ministre de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) et de la secrétaire d’État à la sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) de généraliser une zone limitée à 30 km/h sur tout le territoire de la Région bruxelloise. « Cela n’a pas forcément de sens partout. Il vaut mieux le faire progressivement. Il faut que cela soit du ressort de chaque commune », affirme-t-il.

Enfin, Hamza Fassi-Fihri défend les propos de la ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault (cdH), qui ne veut pas d’un pacte énergique sans sortie du nucléaire d’ici 2025. « La sortie du nucléaire, c’est une nécessité. Il faut penser à développer des énergies renouvelables en Région bruxelloise, sur un territoire urbain », conclut-il.

Trouvez un emploi avec Stepstone :