Fusion UCL-Saint-Louis : un projet « extrêmement préjudiciable » aux « relents de guerre scolaire » pour R. Demotte

DEMOTTELe ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte (PS) a exprimé mercredi matin ses fortes réticences envers le projet de fusion entre l’UCL et l’Université Saint-Louis (USL-B) « qui casse la logique du décret Paysage », a-t-il déploré au micro de Bel RTL, dont il était l’invité politique.

« Ce qui se passe pour le moment me donne le sentiment de relents pilaristes (…), de relents de guerre scolaire. C’est extrêmement préjudiciable », a commenté le chef du gouvernement de la Fédération. « On est en train de jouer avec le feu. C’est dommage. » L’UCL (30.000 étudiants) et l’USL-B (3.800 étudiants) ont annoncé le 18 mai dernier leur volonté de fusionner.

L’annonce a suscité une levée de bouclier des recteurs de l’ULB, de l’ULg et de l’UMons qui, dans un carte blanche mardi, y voient « une remise en cause majeure du paysage francophone« . Interrogé sur l’attitude que prendrait son gouvernement envers le projet de fusion, M. Demotte a dit mercredi attendre l’avis de l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES) sur la question. (Belga)

Partager l'article

31 mai 2017 - 10h20