En deux mois, la Commission européenne a dépensé près de 500.000 euros en frais de déplacement

20150511 - BRUSSELS, BELGIUM: Illustration picture shows a building of the European Commission, on Monday 11 May 2015, in Brussels. BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

L’ONG espagnole Access Info Europe a dévoilé les comptes de la Commission européenne concernant les frais de déplacement des commissaires durant les deux premiers mois de l’année 2016, révèle l’hebdomadaire flamand Knack. Ces chiffres étaient réclamés par cette ONG depuis plusieurs mois, estimant que la transparence doit être faite sur ces dépenses : « Tous les contribuables ont le droit de savoir pour quel but est employé leur argent », estime Helen Darbishire, fondatrice et directrice d’Acces Info Europe, qui espérait obtenir les chiffres pour l’ensemble de l’année 2016. La commission lui a répondu que cela demanderait énormément de travail : 75,5 journées de travail pour une personne, estime-t-elle.

Cinq missions à plus de 500 euros par nuit

Les chiffres publiés par Access Info Europe révèlent ainsi que 492.249 euros ont été dépensés par les 28 commissaires européens, durant 261 missions officielles,  soit 8.790 euros par mois. Les commissaires européens ont ainsi passé 467 nuitées à l’étranger, parmi lesquelles cinq missions ont coûté plus de 500 euros par nuit.

On découvre également que la commissaire européenne chargée de l’Emploi, des Affaires sociales,  des Compétences et de la Mobilité des travailleurs, la Belge Marianne Thyssen (CD&V) a mené 16 missions en deux mois, dont sept réceptions de Nouvel an, la plupart en Belgique.

La plupart des déplacements des différents commissaires sont assez courts, six sur dix n’ont pas duré plus de deux jours. Les buts des voyages étaient disparates: audiences du Parlement européen à Strasbourg, le World Economic Forum à Davos (Suisse), visites officielles dans d’autres pays, etc.

Plus de 75.000 euros pour un « taxi aérien »

L’ONG révèle ensuite que la haute représentante de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini a dépensé 75.118 euros pour l’utilisation d’un taxi aérien lors de rencontres au sommet en Azerbaïdjan et en Arménie. Un service de taxi aérien est autorisé si aucun vol commercial n’est disponible à l’agenda prévu. Le président de la Commission Jean-Claude Juncker a pour sa part utilisé un taxi aérien pour un voyage à Rome, pour un coût de 26.531 euros, contre plus de 17.000 euros pour des vols commerciaux qui auraient pu être utilisés durant la même période.

L’ONG d’Access Info Europe espèrent désormais que d’autres données de ce type pourront être révélées à l’avenir par les instances européennes.

Gr.I., photo Belga/Siska Gremmelprez

Partager l'article

09 août 2017 - 20h11