Des trains exclusivement flamands après le concert de U2 à Bruxelles ? « La demande était insuffisante en Wallonie »

Illustration picture shows the Brussels North train station, on Friday 06 January 2017, in Brussels. BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Le potentiel de voyageurs se rendant au concert de U2 mardi soir au stade Roi Baudouin à Bruxelles et devant ensuite regagner par le rail une destination wallonne est insuffisant pour mettre en place des trains supplémentaires comme cela a été fait en Flandre, justifie lundi Live Nation, la société organisatrice de l’événement.

La décision de Live Nation et de la SNCB de n’affréter des trains de nuit spéciaux que vers cinq destinations du nord du pays (Genk, Lokeren, Mol, Ostende et Roulers) à l’issue du concert avait suscité un petit vent de polémique de la part de Wallons assistant à l’événement déçus de ne pouvoir profiter de la même possibilité.

Les destinations des trains supplémentaires sont définies en accord avec la SNCB sur base des données de ventes de tickets, explique Live Nation, qui paie ce service à l’entreprise ferroviaire. Septante pour cent des billets vendus l’ont été en Belgique, dont 75% en Flandre et 25% en Wallonie. La répartition géographique de leurs acquéreurs wallons est telle que de nombreuses destinations auraient dû être desservies et que le potentiel de voyageurs pour chacune d’elles était trop faible, précise encore la société organisatrice. « Pour mettre en place un train supplémentaire, il doit y avoir des garanties de voyageurs en suffisance. En Flandre, ce potentiel existe bien, mais pas en Wallonie », constate Live Nation. (avec Belga, photo Belga/Benoît Doppagne)

Partager l'article

31 juillet 2017 - 16h07