Des taux préoccupants de dioxyde d’azote mesurés à Bruxelles : « Attention aux comparaisons »

Les concentrations de dioxyde d’azote (NO2) à Bruxelles sont « très préoccupantes », selon des mesures réalisées par ClientEarth, une organisation internationale d’avocats spécialisée dans les affaires environnementales, écrivent Le Soir et De Standaard mardi.

Du 19 février au 20 mars, ClientEarth a réalisé des mesures rue de la Loi, rue Belliard et avenue des Arts. Les valeurs observées (de 69,22 à 99,44 microgrammes par m³) sont largement supérieures à la limite à ne pas excéder en moyenne annuelle, fixée à 40 microgrammes depuis 2010. Des tests ont également été réalisés avenue de la Couronne, où une station officielle de mesure est installée. Les concentrations mesurées y étaient moindres (43,09, 41,61 et 42,25 microgrammes).

L’ONG souhaite souligner un problème qui avait déjà justifié son soutien à une plainte de citoyens bruxellois déposée l’an dernier: l’insuffisance des mesures de pollution dans la capitale. Une directive européenne impose de prendre de telles mesures dans les endroits les plus pollués. Mais la station de mesure du carrefour Arts-Loi donne des chiffres qui ne sont pas officiellement rapportés à la Commission européenne par les autorités bruxelloises, sous prétexte qu’elle a été placée trop près du trafic. « Bruxelles est la seule ville européenne où il y a des problèmes de mesures », souligne ClientEarth, qui juge qu’il « n’y a pas de véritable politique en Région bruxelloise » en matière de qualité de l’air. (Belga)

  • Reportage d’Aline Jacobs et Yannick Vangansbeeck

Partager l'article

13 juin 2017 - 17h35