DéFI considère que les gouvernements régionaux ne sont pas en affaires courantes

20160117 - BRUSSELS, BELGIUM: Illustration picture shows the logo of DeFI at the new year reception of French speaking party DeFI (former FDF), in Brussels, Sunday 17 January 2016. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

L’intergroupe parlementaire DéFI considère que dans l’attente d’éventuelles nouvelles majorités, les gouvernements wallon, bruxellois et de la Fédération “ne sont pas en affaires courantes et doivent poursuivre leur travail pour la révolution éthique indispensable, la simplification drastique des institutions publiques et les services à rendre aux citoyens”, indique-t-il mercredi dans un communiqué.

DéFI demande au cdH de maintenir l’attitude constructive qu’il a toujours eue jusqu’à présent et qu’il n’empêche pas par la politique de la chaise vide ou par l’obstruction systématique, la prise de décisions essentielles à l’avenir des Bruxellois et des Francophones. En ce qui concerne la révolution éthique, DéFI maintient comme exigence préalable à toute discussion, avec quel que parti que ce soit, l’absolue nécessité d’écarter les mandataires qui ont eu ou qui ont une responsabilité dans les scandales. (Belga, photo Belga/Laurie Dieffembacq)

Partager l'article

21 juin 2017 - 18h27