Cyber-attaque : voici comment éviter de se faire infecter par WannaCry

Le Centre pour la cybersécurité (CCB) a reçu lundi plusieurs signalements de PME belges ayant été victimes de la cyberattaque mondiale nommée « WannaCry » mais l’impact reste limité, a indiqué Miguel De Bruycker, directeur du CCB. Il demande aux entreprises et aux travailleurs de toutefois rester vigilants ces prochains jours. À Bruxelles, le parking Q-Park de la gare de Bruxelles-Midi a notamment été touché…

Cette cyberattaque a déjà fait plus de 200.000 victimes en moins de trois jours, dans près de 150 pays. Mais comment ces pirates parviennent-ils à obtenir de l’argent de leurs victimes ? Un courriel vous est envoyé sous une fausse adresse sur votre boîte e-mail. L’internaute ouvre alors le courriel sans se douter de son contenu et dès qu’il ouvre la pièce jointe, un logiciel s’installe directement sur l’ordinateur de la victime afin de crypter tous les fichiers de son disque dur. Les fichiers sont du coup bloqués et la victime reçoit un message lui demandant de payer une rançon au risque de voir les fichiers supprimés au terme d’un compte à rebours. Les prix peuvent être élevés : jusqu’à plusieurs milliers d’euros.

Vous pouvez remarquer que vous avez été piraté si, par exemple, les icônes de votre Bureau changent de forme, si vous ne savez plus ouvrir ou lire des fichiers de votre ordinateur ou encore si votre PC est totalement bloqué. Si votre ordinateur affiche une fenêtre rouge comme l’image ci-dessus, votre PC est bien infecté par le malware « WannaCry ».

Comment éviter un tel piratage de son ordinateur ? La police fédérale donne plusieurs conseils utiles afin de débusquer ce fameux courriel factice. Tout d’abord, si l’auteur vous est inconnu et si l’intitulé du courriel est écrit dans un français approximatif, avec de nombreuses fautes d’orthographe ou de grammaire, évitez d’ouvrir cet e-mail. Et ne cliquez en aucun cas sur les liens et/ou pièces jointes éventuels.

Si vous avez cliqué sur ces liens et/ou pièces jointes, ne paniquez pas et suivez ces instructions simples :

  • Débranchez directement le câble réseau ou désactiver le Wi-Fi sur lequel vous êtes connecté.
  • Éteignez votre ordinateur, en retirant le câble d’alimentation d’un coup si nécessaire.
  • Si vous êtes au travail, contactez votre service informatique et n’allumez plus votre ordinateur.

N’oubliez pas également quelques principes de base pour éviter toute perte de fichier en cas de cyberattaque :

  • Sauvegardez régulièrement vos fichiers les plus importants sur des disques durs externes ou des clés USB.
  • Mettez régulièrement à jour votre système d’exploitation (lire ci-dessous).
  • Mettez régulièrement à jour votre antivirus. Quelques euros en plus ne sont pas de trop pour vous protéger de ce type d’attaque.

Microsoft a pour sa part affirmé que l’installation du patch MS17-010 sur votre ordinateur sous Windows doit prévenir de toute intrusion de ce virus informatique. Ce patch est sorti voici deux mois et peut être installé en vous rendant dans les réglages de votre ordinateur, section « Mises à jour ». Ou via le logiciel Windows Update.

Les ordinateurs tournant sous le système d’exploitation MacOS ne seraient pas concernes par ce « ransomware », pas plus que les machines sous Linux. Les pirates informatiques derrière WannaCry profitent en effet d’une faille dans le système d’exploitation Windows pour infecter un ordinateur après l’autre. Restez donc prudents si vous avez un PC sous Windows ! (Gr.I.)

  • Interviews de Yannick Vangansbeeck et Aline Jacobs

Partager l'article

15 mai 2017 - 18h15