Crise politique: le PS prêt à soutenir plusieurs propositions d’Ecolo en matière de gouvernance

eliodirupoLe président du PS, Elio Di Rupo, a affiché mercredi sa disponibilité à appuyer plusieurs des propositions de réforme de la gouvernance publique présentées la semaine dernière par les écologistes.

Reçu mercredi matin par les co-présidents d’Ecolo qui ont déjà rencontré le cdH et le MR sur ces questions, M. Di Rupo a qualifié cette réunion d’un peu plus de deux heures de « très constructive ». « Nous avons constaté des points d’accord », a-t-il souligné. « Si on peut aller plus loin ensemble, nous le ferons ». Ecolo a avancé la semaine dernière une vingtaine de propositions pour réformer la gouvernance, assainir la vie politique et placer davantage le citoyen au coeur de la vie politique. Mercredi, le PS est venu ajouter une série d’autres idées à ce catalogue écologiste, comme la parité hommes/femmes dans les gouvernements, un contrôle accru des lobbies économiques et une plus grande transparence des rémunérations privées des mandataires. Les socialistes francophones tiennent ce week-end un congrès où le parti doit adopter une série de mesures de bonne gouvernance après la succession d’affaires qui a secoué le parti à la rose ces derniers mois. Pour sa rencontre avec les co-présidents d’Ecolo mercredi, Elio Di Rupo était accompagné de Laurette Onkelinx, la présidente de la fédération bruxelloise du PS. Celle-ci n’était toutefois pas là pour discuter d’une possible nouvelle majorité avec les écologistes à Bruxelles, a assuré M. Di Rupo, mais plutôt pour aborder les questions d’éthique propres à la Région Bruxelles-capitale, une entité bilingue où les propositions de réforme de la gouvernance « devront tenir compte des sensibilités francophones et des sensibilités flamandes », a-t-il fait valoir. Interrogé sur une possible participation du PS à une future majorité à Bruxelles -scénario évoqué la semaine dernière par le ministre-président Rudi Vervoort-, M. Di Rupo a rappelé que la « trahison », le « coup politique inédit », du cdH plaçait les partis francophones dans « une nouvelle configuration ». « On verra la suite des discussions des uns et des autres… », a toutefois ajouté M. Di Rupo, suggérant de « laisser le temps au temps ». Le président du PS ne s’est nullement dit résigné à une opposition partout. « Je ne me suis jamais résigné dans ma vie politique… J’ai toujours été pro-actif. La résignation, je ne connais pas! », a-t-il souri. A la sortie de cette rencontre, les co-présidents d’Ecolo ont salué l' »attitude constructive » du PS, mais aussi des autres formations politiques rencontrées ces derniers jours. « On est à un moment qui est vraiment propice à des avancées en matière d’assainissement de la vie politique, avec le PS et les autres formations », s’est félicité Patrick Dupriez. Les Verts, qui rencontreront Olivier Maingain (DéFI) dans l’après-midi, entendent réaliser après ce dernier entretien une « note de synthèse » reprenant tous les points sur lesquels les différents partis semblent prêts à avancer rapidement, ainsi que les divergences. Sur base de cela, ils espèrent pouvoir mettre les autres partis d’accord, d’ici au 21 juillet, sur une « feuille de route » planifiant alors l’adoption d’une série de mesures concrètes pour assainir le fonctionnement de la vie publique. (Belga)

Partager l'article

28 juin 2017 - 13h27