Catherine Moureaux : “Theo Francken aurait déjà dû démissionner plusieurs fois”

Catherine Moureaux (PS), députée bruxelloise et cheffe de groupe au Parlement francophone bruxellois, a répondu aux questions de Jean-Jacques Deleeuw dans L’Interview ce lundi.

Elle revient ainsi sur les polémiques qui s’accumulent autour du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA), pointé du doigt pour ses propos sur les réfugiés et plus particulièrement ce week-end suite à sa proposition d’accueillir le président catalan Carles Puidgemont comme « réfugié » en Belgique.

Elle dénonce ainsi les déclarations du gouvernement fédéral autour des migrants : « Non, les migrants ne viennent pas avec des maladies, leur système immunitaire est affaibli et ils doivent être aidés. (…) On a décidé de pourchasser les migrants au lieu de les aider », lance-t-elle.

“Philippe Moureaux candidat ? Je ne sais pas”

Concernant les quotas INAMI, Catherine Moureaux affirme que la clé de répartition proposée par la ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD) est « défavorable aux francophones et aux Bruxellois » et estime que le moratoire de 60 jours prévu suite à la motion en conflit d’intérêts déposée à la CoCof sera suffisant pour mettre à jour cette clé de répartition.

Enfin, à propos de la commune de Molenbeek, la députée bruxelloise salue la réaction de la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) sur le « safari de l’islam » proposé par les leaders d’extrême-droite Filip Dewinter et Geert Wilders. Elle évoque également les futures élections communales, d’octobre 2018, et explique qu’elle ne peut pas dire aujourd’hui si son père Philippe Moureaux sera candidat ou non lors de ce scrutin.

Trouvez un emploi avec Stepstone :