Caroline Désir nouvelle cheffe de groupe PS au parlement bruxellois

désir_belga2

C’est désormais officiel, Caroline Desir sera la nouvelle cheffe du groupe PS au parlement bruxellois. Elle reprendra donc le rôle de Philippe Close qui deviendra Bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

La députée bruxelloise Caroline Désir deviendra la nouvelle cheffe du groupe socialiste du parlement régional, en remplacement de Philippe Close, qui démissionnera d’ici quelques semaines pour se consacrer à 100% à sa fonction de bourgmestre de la Ville de Bruxelles, a fait savoir lundi la présidente de la fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx.

Agée de 40 ans, Caroline Mme Désir est députée bruxelloise et du parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles depuis 2009. Elle quittera la Fédération dès qu’elle sera Cheffe de groupe à la Région. Elle est également échevine de la Rénovation urbaine, de la Mobilité, de la Solidarité et des Propriétés communales à Ixelles. Elle est vice-présidente de la fédération bruxelloise du PS, un mandat auquel elle renoncera au moment où succédera à Philippe Close comme cheffe de groupe. Mme Onkelinx a également indiqué qu’elle demanderait mercredi au bureau politique de la fédération bruxelloise du PS de se prononcer en faveur d’une anticipation par les députés socialistes bruxellois du contenu de la future ordonnance bruxelloise qui imposera aux députés régionaux de communiquer également la liste de tous les mandats privés qu’ils exercent. Chaque mandataire socialiste serait ainsi appelé à transmettre à la fédération du parti, pour le 28 juin, la liste de tout mandat (direct, indirect, public ou privé) qu’il détient au sein d’autorités publiques ou de structures dont le financement est principalement public. Par ailleurs, toutes les rémunérations provenant des mandats exercés à titre privé ou sans désignation directe dans des structures dont le financement est principalement public devraient à l’avenir être prises en compte pour le plafonnement de rémunérations. Le PS bruxellois entend enfin soumettre à l’avenir chaque mandat à une « évaluation éthique » dans le but de savoir si une rémunération pour le mandat en question se justifie ou non. (avec Belga)

Caroline Désir était l’invitée de l’Interview ce lundi midi:

Partager l'article

12 juin 2017 - 17h08