Communes à facilités: les demandes affluent pour recevoir les documents en français

Les habitants des communes à facilités de la périphérie bruxelloise ont répondu en masse ces derniers mois à la proposition de leur commune de se signaler pour recevoir leurs documents administratifs en français durant quatre ans.

À Rhode-Saint-Genèse, 7.500 des 18.000 habitants se signalés. La moitié des habitants de Wezembeek-Oppem (7.000 sur 14.000) l’ont fait également, de même que 2.400 des 5.600 habitants de Drogenbos et 1.000 des 5.000 habitants de Linkebeek, a-t-on appris auprès des administrations de ces communes.

Ce délai de quatre ans est celui qu’a validé le Conseil d’État en juin 2014. Invoquant la circulaire Peeters, la ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA), avait annulé les décisions communales d’instaurer un tel registre linguistique, mais les quatre communes mentionnées étaient allées en recours au Conseil d’État. Elles utilisent un logiciel informatique qui adjoint un code F aux registres de population pour les habitants désirant recevoir pendant quatre ans leurs documents en français. Au terme des quatre années, le code passe automatiquement à N.

Belga, photo Belga/Nicolas Maeterlinck

Trouvez un emploi avec Stepstone :