Zone de secours de Liège: "une volonté de déstabiliser une intercommunale efficace"

Laurent Léonard (PS), président du comité de gestion B de l’intercommunale d’incendie de Liège et environs (IILE), voit les critiques de Philippe Dodrimont (MR) à l’égard de l’IILE comme “une volonté de déstabiliser une intercommunale qui, jusqu’à preuve du contraire, représente une des zones, voire la zone de secours la plus efficace”. Et d’ajouter: “Quand on voit qu’on est les seuls à assumer nos obligations et à aider très régulièrement les zones voisines, je trouve cette déclaration de Philippe Dodrimont inadéquate”. La zone de secours de Liège est la seule en Belgique, sur 34, à fonctionner sous un statut d’intercommunale. Un cas particulier dont le coût s’est élevé à près de 250.000 euros en 2015 pour rémunérer les 30 administrateurs, a rapporté lundi le groupe Sudpresse sur son site Internet, répercutant ainsi les critiques du libéral Philippe Dodrimont à l’égard de l’IILE.
“Alors que partout en Belgique, la gestion politique est assumée bénévolement par les bourgmestres, à Liège, on rémunère pas moins de 30 administrateurs pour le faire. Parmi ces 30 administrateurs, on retrouve un président pour chaque secteur (A et B) mais aussi un vice-président, un administrateur délégué et huit administrateurs composant les deux bureaux exécutifs”, a précisé le bourgmestre en titre d’Aywaille et député wallon, qui a l’intention de profiter du contexte politique actuel pour interpeller à ce sujet le nouveau ministre des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne.
L’Aqualien souhaite dès lors de demander au ministre s’il envisage, dans le cadre des réformes qui doivent être mises en oeuvre, de “mettre fin à l’activité de cette intercommunale et proposer pour les villes et communes concernées le même modèle de gestion que dans les 241 autres communes de Wallonie”.

Partager l'article

30 janvier 2017 - 22h45