WikiLeaks: l'Equateur soupçonne un piratage de son ambassade à Londres

L’ambassade d’Equateur à Londres, où est réfugié le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, pourrait être victime de piratage. « J’ai mes suspicions », a déclaré mercredi à Genève son chef de la diplomatie. Le site est devenu un « environnement hostile » pour le personnel même de la représentation, a dit devant la presse Guillaume Long. Il a répété qu’il était devenu très difficile de réussir à passer un coup de téléphone depuis l’ambassade. Interrogé sur un éventuel piratage informatique, il a répondu n’en avoir « aucune idée ». « J’ai mes suspicions », a-t-il ajouté.

M. Long a rencontré il y a moins d’une dizaine de jours Julian Assange, quatre ans après le début de sa protection à l’ambassade d’Equateur. La situation devient « humanitaire », a-t-il affirmé à Genève, répétant que la santé du fondateur de WikiLeaks s’est dégradée en plusieurs années, sans donner davantage de détails. Comme lors de sa visite à Londres, il a dénoncé les doubles standards dont font preuve la Grande-Bretagne et la Suède à l’égard des décisions, même non contraignantes, de l’ONU.

Julian Assange s’est réfugié dans l’ambassade pour échapper à une extradition vers la Suède où il est accusé de viol et qui a émis un mandat d’arrêt européen contre lui. L’ex-hacker australien, qui nie le viol, refuse de se rendre dans ce pays de peur d’être extradé vers les Etats-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks, en 2010, de 500’000 documents classés secret défense sur l’Irak et l’Afghanistan et 250’000 communications sur les affaires étrangères.

Partager l'article

29 juin 2016 - 14h15