Washington veut limiter un visa de travail qui "discrimine" les Américains

L’administration américaine a annoncé lundi une nouvelle série de mesures pour limiter le programme de visas d’immigration de travail H-1B, surtout utilisé par les entreprises technologiques, afin de lutter contre les « abus » et les discriminations visant les travailleurs américains. Le visa H-1B, qui s’applique aux scientifiques, ingénieurs, programmateurs informatiques et à certains emplois spécialisés, programme plébiscité par la Silicon Valley, est l’une des cibles du gouvernement de Donald Trump dans le cadre de sa lutte anti-immigration.
Les services de l’immigration (US Citizenship and Immigration Services, USCIS) ont assuré lundi qu’ils allaient prendre « de multiples mesures pour prévenir et détecter les fraudes et abus dans les visas H-1B ». « Le programme de visa H-1B devrait aider les entreprises américaines à recruter des ressortissants étrangers hautement qualifiés lorsqu’il y a une pénurie de travailleurs qualifiés dans le pays », a estimé l’agence. « Toutefois », explique l’USCIS, « de trop nombreux travailleurs américains qui sont qualifiés, volontaires et qui méritent de travailler dans ces domaines ont été ignorés ou injustement désavantagés ».
Le ministère de la Justice a mis en garde les entreprises contre tout « détournement du visa H-1B dans le but de discriminer les travailleurs américains », indiquant être « pleinement déterminé à enquêter et à poursuivre » celles qui contreviendraient aux nouvelles directives.
Les mesures annoncées lundi interviennent au moment où les Etats-Unis ouvrent l’attribution annuelle des quelque 85.000 visas H-1B qui s’arrachent chaque année par les sociétés spécialisées dans les nouvelles technologies.

Partager l'article

04 avril 2017 - 02h45