Venezuela: le gouvernement rejette les accusations de "coup d'Etat"

Le gouvernement vénézuélien a rejeté vendredi les accusations de « coup d’Etat » qui se multiplient depuis que la Cour suprême, proche du pouvoir, a fait main basse sur le Parlement, bastion de l’opposition, et sa prérogative d’édicter des lois. « Il est faux (de dire) qu’un coup d’Etat a eu lieu au Venezuela. Au contraire, ses institutions ont adopté des correctifs légaux pour mettre un terme à l’attitude putschiste des parlementaires de l’opposition », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Le ministère a qualifié la série de condamnations venues de l’étranger de « torrent des gouvernements de la droite intolérante et pro-impérialiste (…) dirigée par le département d’Etat et les centres de pouvoir américains ».

Les Etats-Unis, l’Union européenne et une dizaine de pays latinoaméricains ont rejeté jeudi « la rupture de l’ordre constitutionnel » au Venezuela.

La décision de jeudi de la Cour suprême vénézuélienne traduit une escalade supplémentaire dans la crise politique qui agite ce pays pétrolier depuis la large victoire des antichavistes (du nom de l’ancien président Hugo Chavez, 1999-2013) aux législatives de fin 2015.

Partager l'article

31 mars 2017 - 18h30