Une danseuse pour doubler un danseur, le chorégraphe Justin Peck innove

Le chorégraphe américain Justin Peck a choisi une danseuse comme doublure du danseur qui assure le rôle principal de son nouveau ballet, dont la première a lieu jeudi soir à New York, dans une configuration inhabituelle. Le danseur étoile Robert Fairchild aura ainsi pour doublure la première danseuse Ashly Isaacs durant les cinq représentations d’hiver du ballet « The Times Are Racing », a confirmé à l’AFP la compagnie New York City Ballet, qui accueille le spectacle au David H. Koch Theater de New York.
La doublure n’est amenée à danser que si le danseur qui assure normalement le rôle n’est plus en mesure de le faire.
Deux autres représentations du ballet sont prévues en mai. Il est d’ores et déjà établi que Robert Fairchild ne sera pas disponible à ces dates là.
La distribution de ces deux représentations ne sera arrêtée que dans plusieurs semaines, mais dans la mesure où Ashly Isaacs est la doublure pour ce rôle, « sauf blessure, nous nous attendons à ce qu’elle soit retenue pour le rôle » à ces deux dates, a indiqué une porte-parole du New York City Ballet.
« Elle dansera le ballet au printemps », a déclaré le chorégraphe Justin Peck au New York Times.
Lors des répétitions, « elle a pris le relais quelques fois et elle était très bien », a expliqué l’étoile montante de la danse néoclassique, qui a déjà présenté en France l’une de ses créations, commande de l’Opéra de Paris, en juillet dernier.
« C’est exactement la même chorégraphie, il n’y a pas de compromis dans ce qu’elle fait quand elle le danse, et je trouvais ça vraiment cool », a dit le jeune homme de 29 ans.
« Ce pourrait être l’une des premières fois au New York City Ballet que le rôle principal est +sans genre+ », a observé Justin Peck, qui danse également dans le ballet.
Si, au théâtre, le fait pour des hommes de jouer des rôles féminins est une pratique qui remonte à l’antiquité, la chose est beaucoup plus rare en ballet.
Le ballet « The Times Are Racing » mélange la danse classique, le hip-hop et les claquettes, sur des airs tirés de l’album de musique électronique « America » de l’Américain Dean Deacon, sorti en 2012.
Pour donner un aperçu du ballet, le New York City Ballet a tourné une vidéo qui voit les danseurs évoluer dans une station du métro de New York et l’a mise en ligne sur YouTube (http://u.afp.com/4ciH).

Partager l'article

27 janvier 2017 - 07h25