Un Palestinien condamné pour participation au lynchage de deux soldats israéliens libéré

Un Palestinien condamné à la prison à vie pour avoir participé au lynchage, devenu le symbole de la deuxième Intifada, de deux soldats israéliens en 2000 à Ramallah a été libéré, a annoncé jeudi l’armée israélienne. La photo d’un Palestinien criant victoire en tendant ses mains ensanglantées de la fenêtre d’un poste de police palestinien où les deux réservistes israéliens, entrés par erreur à Ramallah en Cisjordanie, avaient été battus à mort, avait traumatisé l’opinion publique israélienne.
La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé par Israël depuis près d’un demi-siècle.
Des images, filmées par une chaîne de télévision italienne, montraient la foule prendre d’assaut le poste de police où ils étaient retenus après avoir été arrêtés, visiblement pour leur propre sécurité.
On voyait plus tard la foule s’acharner sur l’un des soldats, jeté d’une fenêtre située à l’étage du poste de police, après avoir apparemment été battu à mort.
Hatem Maari, un Palestinien arrêté peu après les faits et condamné à la prison à vie en 2004 pour sa participation à ce lynchage, a demandé et obtenu un nouveau jugement.
Le tribunal militaire a accédé à sa demande à la suite de « nouveaux éléments qui rendent difficiles de prouver sa participation effective au meurtre d’un des soldats, à un niveau de certitude requis dans un procès criminel », a affirmé l’armée dans un communiqué.
Elle n’a pas donné de précisions sur ces nouveaux éléments.
En 2012, Israël avait annoncé le démantèlement d’un réseau de cellules du mouvement islamiste palestinien Hamas en Cisjordanie et arrêté deux hommes accusés par un tribunal militaire d’avoir « intentionnellement donné la mort » aux réservistes.
Hatem Maari a en revanche plaidé coupable d’agressions contre un soldat et de ne pas avoir empêché un délit d’être commis.
Il a écopé d’une peine de 11 ans et demi de prison ferme ce qui a permis sa libération immédiate au regard de la détention déjà effectuée, selon l’armée.

Partager l'article

30 mars 2017 - 22h35