Un Grand prix de Formule-E à Bruxelles: il y a de plus en plus de plomb dans l'électricité

La tenue d’un Grand Prix de Formule-E le 1er juillet à Bruxelles, selon une date encore annoncée récemment du côté des organisateurs a du plomb dans l’aile, est-il ressorti de propos tenus lundi soir par le Premier échevin de la Ville de Bruxelles, en charge des Sports, Alain Courtois (MR), devant le conseil communal. « Lorsque les organisateurs se sont présentés une première fois à nous, nous n’étions pas fondamentalement opposés à l’idée d’organiser un tel Grand prix à Bruxelles. Nous avons même envoyé quelqu’un à Londres pour nous faire une idée plus précise de l’organisation d’un tel événement. Londres n’a pas dû payer un franc car l’événement était financé par un partenaire privé », a commencé par dire le Premier échevin, interpellé par Hamza Fassi-Fihri (cdH) et Johan Van den Driessche (N-VA).
Mais ensuite, le collège a dit non « dans les circonstances présentes », face aux demandes des organisateurs: un asphaltage de la zone utilisée à titre de circuit à concurrence d’1,250 million d’euros; une accessibilité aux Palais des Expositions « à des conditions avantageuses »; et un engagement sur trois ans, a ajouté Alain Courtois.
Selon lui, les organisateurs ont par ailleurs d’emblée fait valoir qu’ils disposaient de l’accord de la Région pour organiser un tel événement dans la capitale, « mais lorsque nous avons posé la question au ministre compétent, celui-ci nous a dit ne pas avoir été consulté ».
« Nous ne sommes pas contraires, mais c’est donc intenable dans les circonstances actuelles. L’organisateur ne peut assumer les frais d’une telle compétition à Bruxelles pour le moment. Nous avons décidé de ne pas les assumer », a encore dit Alain Courtois.

Partager l'article

17 octobre 2016 - 21h30