Un bateau suisse se lance dans une odyssée de 5 ans pour alerter sur pollution des océans

Le bateau suisse Race for Water (anciennement Planet Solar) s’apprête à relever un nouveau défi. Le catamaran arpentera les océans pendant les cinq prochaines années afin d’étudier la pollution des océans par le plastique et sensibiliser les populations à ce problème. « Notre bateau va faire une odyssée de cinq ans en passant par les endroits des océans les plus touchés par la pollution », a affirmé à l’ats Marco Simeoni, président et fondateur de la fondation Race for Water.

Cet entrepreneur lausannois a présenté mardi à Paris ce long périple de cinq années qu’il effectuera au côté du navigateur français Gérard d’Aboville. Ce dernier sera le capitaine du bateau qui partira du port breton de Lorient le 9 avril.

Le bateau Planet Solar a accompli le premier tour du monde en 2012 alimenté par l’énergie solaire. Il a été complètement « revisité » pour ce nouveau voyage. Outre ses plus de 500 m2 de panneaux solaires, le catamaran disposera également d’une chaîne à hydrogène. Cette dernière fonctionnera à partir d’eau de mer d’abord désalinisée et ensuite électrolysée.

Le catamaran jettera d’abord l’ancre aux Bermudes. Cet archipel est « extrêmement touché par la pollution plastique », a rappelé M. Simeoni. Il se trouve proche du « gyre de l’Atlantique Nord », l’un de ces tourbillons d’eau océanique, appelés vertex, qui attirent les déchets déversés dans la mer et plus particulièrement les plastiques.

Deux autres grands rendez-vous sont au programme de Race for Water: les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 et l’exposition universelle de Dubaï où le catamaran devrait arriver à la fin de cette même année.

Partager l'article

31 janvier 2017 - 09h40