facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Uber renonce à la Hongrie, après deux ans de bataille

Le géant américain controversé Uber a annoncé mercredi qu’il quittait la Hongrie, son premier départ d’un pays de l’UE, après la promulgation d’une loi rendant « impossible » son fonctionnement sur fond de bras de fer avec le gouvernement. Ce départ interviendra le 24 juillet, jour où la nouvelle loi bloquant les applications de transport entre particuliers entrera en vigueur. Cette loi votée le mois dernier « rendra impossible aux conducteurs hongrois, même s’ils ont les autorisations et payent leurs taxes, d’utiliser leur véhicule à des fins commerciales », s’est désolé Uber dans un communiqué. « La Hongrie est une exception et pas la règle », a souligné auprès de l’AFP le responsable Uber pour l’Europe centrale, Robbie Khazzam.

Spécialisée dans la mise en relation directe de particuliers, la firme américaine était accusée en Hongrie, comme dans de nombreux autres pays, de concurrence déloyale par les taxis disposant de licences classiques. Ces derniers ont trouvé un allié de poids auprès du gouvernement conservateur de Viktor Orban qui, depuis l’arrivée de Uber en Hongrie en novembre 2014, a graduellement renforcé sa législation contre l’application et multiplié les contrôles des chauffeurs. Dernière étape en date, la nouvelle loi permet de bloquer techniquement pendant un an les services internet de tout « prestataire de services de taxi ne disposant pas d’un centre d’appel », à l’instar d’Uber.

Uber revendique 1.200 chauffeurs et 150.000 clients en Hongrie. Le patron de Uber en Hongrie, Zoltan Fekete, a déploré auprès de l’AFP l’attitude de Budapest dont la législation « punit l’innovation, se fait au détriment de la concurrence et du consommateur, sans aucun avantage pour l’Etat ». Il assure que l’entreprise avait fait preuve de bonne volonté en vue « d’aider à la mise en place d’un cadre de régulation moderne », sans intérêt de la part du gouvernement. « Nous n’abandonnons pas la Hongrie », a assuré M. Khazzam qui espère pouvoir, à terme, redémarrer l’activité dans le pays.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

27 juillet 2017 Alliance spatiale entre la Wallonie et le Luxembourg pour la prévision des risques

La Wallonie et le Grand-Duché de Luxembourg ont signé un partenariat pour la gestion de données d’observation de la Terre de l’Agence spatiale européenne (ESA), a annoncé jeudi le ministre wallon de l’Economie Jean-Claude Marcourt. L’objectif est de faciliter l’acc lire plus

Belga

27 juillet 2017 Le front commun syndical se dresse contre l'extension des flexi-jobs

Les sections industrie et commerce alimentaires des trois syndicats majoritaires – CSC, FGTB et CGSLB – s’opposent « avec force » à l’extension des flexi-jobs, prévue dans l’accord estival conclu mercredi par le gouvernement fédéral. « Par cet accord de l’été, lire plus

Belga

27 juillet 2017 L'association des supporters des Diables Rouges demande la démission de Bart Verhaeghe

« La démission de Bart Verhaeghe permettrait au football belge de progresser de façon structurée et durable. » C’est par ces mots que l’association des supporters des Diables Rouges, 1895, a réclamé la démission de Bart Verhaeghe de toutes ses fonctions lire plus

Belga

27 juillet 2017 Des prisonniers filment leur évasion avec un smartphone

Trois prisonniers américains ont filmé, à l’aide d’un smartphone de contrebande, leur évasion d’un établissement pénitentiaire d’Orange County, en Californie. Les images, qui datent de l’année passée, ont été rendues publiques mer lire plus

Belga

27 juillet 2017 Ferblatil à l'arrêt complet après l'explosion d'une cabine électrique à Seraing

Ferblatil, l’un des sites d’ArcelorMittal, situé à Tilleur, est à l’arrêt complet après l’explosion d’une sous-station électrique située sur un terrain appartenant au géant de l’acier, à Seraing à l’arrière de l’entreprise E lire plus

Belga

27 juillet 2017 Amnesty appelle le futur gouvernement wallon à ne plus vendre d'armes à l'Arabie saoudite

Amnesty International presse le nouveau gouvernement wallon de suspendre les ventes d’armes à l’Arabie saoudite. L’organisation de défense des droits humains regrette que la déclaration de politique régionale dévoilée le 25 juillet dernier « ne fasse nullemen lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/