Turquie: 111 condamnations dans un procès pour liens avec une organisation terroriste

Une centaine de personnes ont été condamnées par un tribunal turc à des peines allant de 1 à 21 ans de prison mardi dans un procès contre des opposants kurdes accusés d’appartenance à la branche urbaine du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Ce procès, ouvert en 2009, est le principal mené contre l’Union des communautés kurdes (KCK), une organisation clandestine considérée par les autorités turques comme étant la branche urbaine du PKK, une organisation classée “terroriste” par Ankara, Washington et Bruxelles.
Le tribunal de Diyarbakir, principale ville du sud-est à majorité kurde du pays, a condamné mardi 111 personnes à des peines de prison, notamment pour “appartenance à une organisation terroriste”, “gestion d’une entreprise terroriste”, et la violation des lois sur les rassemblements et les manifestations. 43 personnes ont par ailleurs été acquittées.
Parmi les accusés, se trouvent Kamuran Yüksek, le co-président du Parti pour la paix et la démocratie (BDP, prokurde), une formation liée au principal parti prokurde HDP, qui a été condamné à 21 ans de prison, ainsi qu’Ahmet Türk, vétéran de la cause kurde et ancien maire de Mardin (sud-est), qui a écopé d’un an et trois mois de prison avec sursis.
Aucun mise en détention n’a été demandée, les avocats de la défense souhaitant faire appel de cette décision.
Les violences entre le PKK et Ankara ont repris à l’été 2015, après la rupture d’un fragile cessez-le-feu visant à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Partager l'article

29 mars 2017 - 00h10