Tournai commémore le centenaire du décès du poète Émile Verhaeren

La Belgique commémorera, le 28 novembre, les 100 ans de la mort d’Émile Verhaeren, un de ses plus grands poètes lyriques et symboliques. Tournai et les « Archives et Musée de la Littérature » proposent une exposition intitulée « Émile Verhaeren, lumières de l’Escaut, lumière des Arts ».
L’exposition se tient du 28 septembre au 18 décembre 2016, au Musée des Beaux-Arts de Tournai. Le centenaire du décès de Verhaeren a été l’occasion de mettre en valeur les collections picturales du « Musée de la ville de Tournai » qui possède de nombreuses œuvres de la fin du 19e siècle, commentées par le poète, mais aussi celles qui appartiennent à la « Bibliothèque Royale » et aux « Archives et Musée de la Littérature ».
Elles seront exposées dans le seul musée conçu par l’architecte Victor Horta, un contemporain de Verhaeren. L’exposition s’attachera à montrer comment les contrastes des cieux de l’Escaut ont influé sur la perception et la critique artistique d’Emile Verhaeren qui a, notamment, consacré un livre à Ensor.
L’exposition fera circuler le visiteur entre peintures, dessins, sculptures, manuscrits, objets et livres chers à l’écrivain dont on commémore cette année le centenaire de la disparition tragique. On découvrira à Tournai les portraits néo-impressionnistes du poète et de sa femme, sortis du « Cabinet Verhaeren » de la Bibliothèque royale. Ils répondront aux Manet et au Seurat du Musée de Tournai qui avaient suscité l’enthousiasme du jeune écrivain.
Né le 21 mai 1855, sur les bords de l’Escaut à Sint-Amands dans la province d’Anvers, Émile Adolphus Verhaeren est un poète et dramaturge belge, flamand, d’expression française. Émile a grandi dans une famille aisée où l’on parlait français. Après ses primaires en néerlandais, il a effectué ses secondaires en français, d’abord à l’Institut Saint-Louis à Bruxelles, puis au Collège Sainte-Barbe à Gand où il fait la connaissance de Georges Rodenbach.
Ils deviendront amis pour la vie. Tous deux ont développé une carrière littéraire. Après ses secondaires, Verhaeren a entamé des études de droit à l’Université catholique de Louvain où il y a écrit ses premiers poèmes. Critique d’art et de littérature, le disparu a été bouleversé par la découverte de Manet, puis de Seurat, et sera le soutien constant de « L’Ecole belge », notamment de Théo Van Rysselberghe, James Ensor, Willy Finch…
Auteur d’un grand nombre de poèmes, il a été l’ami d’Auguste Rodin, Edgar Degas, Stéphane Mallarmé ou encore André Gide. Proche du roi Albert 1er et de la reine Elisabeth, surnommé le « Grand barbare doux »,Verhaeren a donné voix au vent et à l’horizon, aux clairs obscurs de l’âme et de la vie, aux tensions sociales ainsi qu’à la grandeur de son pays.
Albert Ier de Belgique lui a donné en 1899 le titre honorifique de « Poète national ». Âgé de 61 ans, Verhaeren est décédé le 27 novembre 1916 à Rouen. L’exposition au Musée des Beaux-arts de Tournai sera accessible au public tous les jours, sauf le mardi, de 9h30 à 17h30. Informations: 069/33.24.31.

Partager l'article

27 septembre 2016 - 17h50