Taxation des plus-values: Beke ne veut pas d'une majorité de rechange avec le sp.a

Le président du CD&V, Wouter Beke, a décliné dimanche l’invitation du sp.a à former une majorité de rechange pour voter la taxation des plus-values. “La ficelle est un peu grosse. Dans les gouvernements précédents, les socialistes étaient les premiers à dire: ne formons pas des majorités de rechange sur certains thèmes”, a-t-il déclaré sur le plateau de VTM.

Les libéraux flamands répètent dans toutes les langues depuis quelques jours qu’ils ne veulent pas entendre parler d’une telle imposition. Les nationalistes n’y sont guère plus favorables malgré la porte ouverte mercredi dernier par le président Bart De Wever à une “fiscalité équitable”. Le député Peter Dedecker s’est empressé le lendemain de préciser que cela ne signifiait pas qu’une taxation des plus-values verrait le jour.

“Dans le discours de politique générale, il est dit qu’une fiscalité équitable est importante. Nous avons déposé une proposition mais nous sommes prêts à étudier les propositions des autres partis”, a expliqué M. Beke avant d’appeler chacun à mener le débat dans la discrétion.

Partager l'article

23 avril 2017 - 15h20