Springsteen révèle sa dépression et les démons de son père

On a beau être surnommé le Boss, on n’en est pas moins homme. Quand le premier mariage de Bruce Springsteen s’est brisé, le père du rockeur multimillionnaire lui a fait une proposition surprenante: venir se réinstaller pour un temps dans la petite maison familiale. « Le vieil homme me voulait enfin à la maison », raconte dans son autobiographie « Born to Run » le chanteur américain, qui a décliné finalement l’invitation paternelle.

Le père de Springsteen, Doug, a occupé divers emplois d’ouvrier tout en luttant contre l’alcoolisme et des troubles mentaux, n’avouant ses fragilités à son fils que tardivement.

Sa vie apparaît désormais comme source de réflexion pour l’artiste sur son existence et l’état de l’Amérique, dans son autobiographie publiée mardi.

L’auteur de « Born in the USA » décrit comment son père lui faisait peur dans leur modeste logement surchauffé de Freehold, dans le New Jersey et révèle que lui-même a hérité de ses démons, forcé de se soigner pendant plusieurs années pour une dépression.

« Je n’ai pas été toujours très juste avec mon père dans mes chansons, quand je l’ai décrit comme l’archétype du parent négligent et autoritaire », reconnaît pourtant le rockeur de 67 ans.

« L’histoire est beaucoup plus compliquée. Pas dans le détail des événements mais dans le +pourquoi+ de tout cela ».

Springsteen décrit aussi dans ses mémoires son amour pour sa deuxième femme — Patti Scialfa, chanteuse dans son groupe E Street Band — et leurs trois enfants.

Mais le « Boss » confie qu’il a encore besoin de se faire soigner contre la dépression, qui guette plus particulièrement à ses retours de tournées.

Springsteen a mis sept ans à écrire « Born to Run », inspiré d’une de ses chansons les plus célèbres, et les 510 pages du livre sont imprégnées de sa voix lyrique, dépeignant un large portrait de l’Amérique ouvrière.

Ses chansons ont rarement fait rire, mais Springsteen montre dans son autobiographie un don mal connu pour l’humour quand il évoque ses débuts d’artiste.

Partager l'article

28 septembre 2016 - 08h20