facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

"Si on ne signe pas avec le Canada, avec qui d'autre signera-t-on"

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a mis jeudi en garde les gouvernements fédérés qui refuseraient la signature du traité de libre-échange avec le Canada, appelé CETA. Il attend de voir quelle sera l’attitude des ministres des entités fédérées lors d’une réunion prévue lundi, a-t-il indiqué jeudi à la Chambre, soulignant au passage qu’il revenait aux exécutifs de signer et non aux parlements. Le chef de la diplomatie redoute que la Belgique ne se place « dans une situation d’isolement complet en Europe ». « Si on ne signe pas avec le Canada, avec qui d’autre sera-t-il encore possible de signer?  » a demandé M. Reynders, alors que le Canada est dans le monde l’un des pays dont les normes sont les plus proches des normes belges.

En 2009 et 2011, le gouvernement fédéral, auquel participaient le PS et le cdH, a approuvé les mandats de négociations du CETA. Selon M. Reynders, le résultat des pourparlers va encore plus loin que ce qui était prévu à l’époque.

« Le CETA, c’est la meilleure garantie de ne plus avoir un mauvais accord. Le CETA, c’est la meilleure garantie de ne pas avoir un mauvais TTIP (accord en négociation avec les Etats-Unis, ndlr) », a-t-il affirmé.

Le ministre libéral se dit d’autant plus étonné de l’attitude des entités francophones à l’égard du CETA qu’il est soutenu en Europe par des gouvernements dont font partie des chrétiens-démocrates et des socialistes.

A l’instar d’Ecolo et soutenu par les socialistes flamands, le PS a rappelé son hostilité au CETA et ses craintes pour les normes sociales et environnementales en vigueur en Belgique, ou la capacité qu’auront les PME à se défendre face aux PME d’outre-Atlantique.

« Une fois que le contrat sera signé, ce sera trop tard », a averti Gwenaëlle Grovonius.

L’ambiance était tendue à la Chambre entre le PS et le MR. Dans la majorité, l’Open Vld et le CD&V ont condamné l’attitude des entités francophones. « Après le sabotage de l’alliance entre Bpost et Post NL, les socialistes optent pour le pourrissement et le sabotage de notre économie », a accusé Tim Vandeput (Open Vld).

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

2 décembre 2016 Omar Sy dévoile son côté tendre dans le rôle d'un papa poule

Après le succès d' »Intouchables », « Samba » et « Chocolat », Omar Sy revient mercredi dans « Demain tout commence », une comédie familiale où il interprète un papa poule extrêmement touchant, contraint d’élever seul sa fille. Ce film réalisé pa lire plus

Belga

2 décembre 2016 Francken obtient gain de cause à Gand pour une expulsion controversée

La chambre des mises en accusation de Gand a annulé une décision de la chambre du conseil qui jugeait illégale l’arrestation d’un ressortissant marocain sous le coup d’un ordre de quitter le territoire. Le secrétaire d’Etat à l’Asile, Theo Francken, s’est ré lire plus

Belga

2 décembre 2016 Placer un enfant en centre fermé est une violation des droits de l'enfant

La détention des enfants pour cause de migration constitue une violation des droits de l’enfant et est toujours contraire au principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, indique l’Unicef vendredi. L’ONG estime qu’envoyer des enfants dans des centres fermés, comme le lire plus

Belga

2 décembre 2016 La Région bruxelloise débloque 100 millions d'euros pour les 19 communes

La Région bruxelloise a décidé de dégager 100 millions d’euros sous forme de prêts pour aider, sur la période 2017-2019, les 19 communes bruxelloises à faire face à la forte croissance démographique, indique vendredi le cabinet du ministr lire plus

Belga

2 décembre 2016 La réforme des rythmes scolaires est bien envisagée, "mais il y a encore du travail"

La réforme des rythmes scolaires est bien envisagée dans le projet d’avis n°3 du Groupe central chargé d’élaborer le « pacte pour un enseignement d’excellence » en Fédération Wallonie-Bruxelles. « Mais il y a encore du travail », a précisé Fr lire plus

Belga

2 décembre 2016 Une prime flamande pour favoriser l'embauche des chômeurs de longue durée

Le gouvernement flamand a approuvé vendredi l’instauration d’une prime à l’embauche d’un chômeur de longue durée. D’un montant de 1.250 euros après trois mois de travail et de 3.000 euros au bout d’un an, elle cible les demandeurs d’emploi inscrits depuis plus de de lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/