Seules neuf communes pourront fabriquer l'escavèche de Chimay "protégée"

L’escavèche de Chimay ne pourra être fabriquée et conditionnée que dans neuf communes autour de la ville princière, aux termes d’un arrêté ministériel officialisant la demande d’enregistrement par l’Union européenne de cette préparation au titre d’indication géographique protégée (IGP), selon un communiqué mercredi du ministre wallon du Tourisme René Collin. Outre Chimay, les communes hainuyères de Momignies, Froidchapelle et Sivry-Rance le pourront, de même que les communes namuroises de Cerfontaine, Couvin, Doische, Philippeville et Viroinval.

Certaines de ces communes produisent une escavèche différente des autres, selon que ce mets est confectionné à base d’anguille, de truite ou autre dans sa préparation vinaigrée. Le cahier des charges reconnu s’appuie dès lors sur le choix du poisson utilisé, le choix de préparation des oignons ou encore le choix des épices utilisées dans la sauce. Avec comme points de ralliement le goût vinaigré et la méthode de préparation spécifique. La finalisation du dossier à l’Europe est espérée dans l’année, selon le ministre Collin (cdH).

A peine une petite dizaine de produits wallons bénéficient d’une AOP (Appellation d’origine protégée), d’une IGP (Indication géographique protégée) ou d’une STG (Spécialité traditionnelle garantie). Mais une vingtaine de dossiers sont ouverts au niveau de la Cellule d’Appui aux Indications géographiques (CAIG) de l’administration wallonne.

Partager l'article

04 janvier 2017 - 16h00