Serbie et Croatie mettent un terme à "la crise du chocolat"

Une confiserie serbe offerte à des enfants croates avait enflammé les relations entre Zagreb et Belgrade: mardi, le Premier ministre de Serbie a clos la dispute en offrant à son homologue ce chocolat de la discorde. En décembre, la présidente croate, Kolinda Grabar Kitarovic, avait été vivement critiquée dans son pays pour avoir offert du chocolat fabriqué en Serbie à des enfants de Dubrovnik (sud), soumise à un siège meurtrier par les forces serbes durant la guerre de 1991-95. Ses détracteurs y avaient vu une insulte à la mémoire des Croates tués lors de cette bataille. Kolinda Grabar Kitarovic s’était publiquement excusée. Ce qui avait courroucé Belgrade, qui avait dénoncé un « racisme incompréhensible » chez son voisin.

Mardi, lors d’un forum économique à Mostar (sud de la Bosnie-Herzégovine), le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic, souriant, a offert à Andrej Plenkovic des produits de son pays, dont du chocolat, produit par la même usine Pionir de Subotica (nord de la Serbie). Quand la presse lui a demandé s’il comptait le manger, Andrej Plenkovic, goguenard, a répondu: « Sans problème », selon l’agence serbe Tanjug.

Partager l'article

04 avril 2017 - 16h30