Serbie et Croatie mettent un terme à "la crise du chocolat"

Une confiserie serbe offerte à des enfants croates avait enflammé les relations entre Zagreb et Belgrade: mardi, le Premier ministre de Serbie a clos la dispute en offrant à son homologue ce chocolat de la discorde. En décembre, la présidente croate, Kolinda Grabar Kitarovic, avait été vivement critiquée dans son pays pour avoir offert du chocolat fabriqué en Serbie à des enfants de Dubrovnik (sud), soumise à un siège meurtrier par les forces serbes durant la guerre de 1991-95. Ses détracteurs y avaient vu une insulte à la mémoire des Croates tués lors de cette bataille. Kolinda Grabar Kitarovic s’était publiquement excusée. Ce qui avait courroucé Belgrade, qui avait dénoncé un “racisme incompréhensible” chez son voisin.

Mardi, lors d’un forum économique à Mostar (sud de la Bosnie-Herzégovine), le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic, souriant, a offert à Andrej Plenkovic des produits de son pays, dont du chocolat, produit par la même usine Pionir de Subotica (nord de la Serbie). Quand la presse lui a demandé s’il comptait le manger, Andrej Plenkovic, goguenard, a répondu: “Sans problème”, selon l’agence serbe Tanjug.

Partager l'article

04 avril 2017 - 16h30