Renaud met en vente une double planche d'Hergé de grande valeur

Une double planche de l’album le “Sceptre d’Ottokar”, dessinée par Hergé, va être mise en vente le 30 avril à Paris, au cours d’enchères organisées par la maison Artcurial. La pièce, d’une estimation comprise entre 600.000 et 800.000 euros, faisait partie jusqu’ici de la collection personnelle du chanteur français Renaud. La double planche, aquarelle et encre de Chine, constituait la fin de cet album Tintin publié en 1939 aux éditions Casterman. “Hergé soigne la distribution des rôles, avec notamment les Dupond/t qui explorent des pistes improbables, ou la Castafiore avec sa première et déjà tonitruante apparition. Mais il accorde aussi beaucoup d’attention à la mise en scène: il multiplie les rebondissements, les tours de passe-passe et les chutes qui donnent à cette fresque toutes les apparences d’un opéra”, commente la maison de ventes.

Outre des lots BD provenant d’autres horizons, la vente proposera une centaine de planches originales, albums et souvenirs liés au Neuvième Art, issus de la vaste collection du chanteur.

Toutes les pièces de la vente seront exposées à Bruxelles du 21 au 23 avril.

“S’il est passionnant de constituer une collection, à la recherche de la pièce rare, il est désespérant de constater qu’une fois achetées et lues, mes BD s’accumulent, prennent la poussière, se meurent doucement”, reconnaît Renaud.

Le chanteur qui a confié à Artcurial avoir “une tendresse particulière pour les planches d’Hergé, de Jijé, de Le Rallic et Calvo”, et aimer “infiniment les planches de Manara, d’Enki Bilal, de Walter Minus ou Yves Chaland”, pour les plus modernes, a expliqué avoir acquis la double page du “Sceptre d’Ottokar” auprès de la veuve Le Rallic, chez qui Hergé a dessiné pendant les années de guerre. “À l’époque, elle me la céda pour 100.000 francs. C’était là la plus importante dépense de toute ma collection”, a ajouté Renaud.

Parmi les autres pièces Hergé de sa collection, la maison de ventes relève la planche du tome 4 de Quick et Flupke, “Gamins de Bruxelles”, estimée entre 80.000 et 120.000 euros.

Partager l'article

03 mars 2016 - 18h50