RDC: le dialogue national doit entériner lundi l'accord sur une nouvelle transition

La séance plénière du « dialogue national » en cours depuis le 1er septembre en République démocratique du Congo (RDC) pour préparer des élections « crédibles et apaisées » devra entériner lundi un compromis dégagé entre le camp présidentiel et une frange de l’opposition, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi. Cet accord prévoit la gestion de l’après-19 décembre, date de la fin du second mandat du président congolais Joseph Kabila, et l’organisation d’élections pour avril 2018. En vertu de cet accord, M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et élu à deux reprises à la tête de la RDC – bien qu’en 2011 le dernier scrutin présidentiel ait été entaché de fraudes massives – restera en fonction jusqu’à l’installation du nouveau chef de l’Etat élu.

Il devra gérer le pays avec un Premier ministre issu de l’opposition. Concernant les élections, le dépôt des candidatures est prévu pour le 30 octobre 2017. Et les différents scrutins devront avoir lieu six mois après, donc fin avril 2018, a précisé Radio France Internationale (RFI).

Dans un communiqué, le principal parti d’opposition participant à ce forum, l’Union pour la Nation congolaise (UNC), confirme que ce compromis met en place un partage des pouvoirs. Il prévoit le maintien du président Kabila dans ses fonctions et offre le poste de Premier ministre à un représentant de l’opposition – sans doute le président de l’UNC, l’ex-kabiliste Vital Kamerhe.

Partager l'article

16 octobre 2016 - 15h00