Pyongyang promet devant l'ONU de renforcer encore sa "dissuasion nucléaire"

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a affirmé vendredi à la tribune de l’ONU que son pays allait poursuivre son programme nucléaire, présenté comme le seul moyen de se défendre contre les « menaces » des Etats-Unis. S’adressant à l’Assemblée générale de l’ONU deux semaines après le cinquième essai atomique nord-coréen, Ri Yong-ho a déclaré que Pyongyang était déterminé à renforcer « de toutes ses forces » ses capacités de « dissuasion nucléaire crédible ».
« Devenir une puissance nucléaire est la politique de notre Etat », a-t-il expliqué. « Notre décision de renforcer notre armement nucléaire est une mesure justifiée d’auto-défense pour nous protéger des menaces nucléaires constantes des Etats-Unis ».
Pyongyang va « continuer de prendre des mesures pour renforcer ses forces armées nucléaires nationales en quantité et en qualité », a-t-il déclaré.
Il a reconnu que les cinq essais nuclaires menés par son pays depuis 2006, qui lui ont valu toute une série de sanctions internationales, « peuvent ne pas être bien compris par des pays européens », qui sont « moins sensibles » à la nécessité de se protéger depuis la fin de la Guerre froide.
La Corée du Nord a mené début septembre son cinquième essai nucléaire, le plus important jamais effectué, et a déjà procédé cette année à une vingtaine d’essais de missiles balistiques. Ces tests, qui violent les résolutions de l’ONU, ont été dénoncés par la communauté internationale et ont incité le Conseil de sécurité à envisager de nouvelles sanctions contre Pyongyang.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait réclamé mercredi à la même tribune de l’Assemblée générale que le monde trouve « de nouveaux moyens » de stopper la Corée du Nord, sans préciser lesquels.
« La menace a atteint désormais une ampleur tout à fait différente de ce qu’elle semblait être jusqu’à maintenant », a-t-il averti, en référence aux efforts de Pyongyang pour miniaturiser ses ogives atomiques et les monter éventuellement sur des missiles intercontinentaux.

Partager l'article

24 septembre 2016 - 00h45