Publipart – Alain Mathot a démissionné de son poste d'administrateur de Publilec

Alain Mathot, le député-bourgmestre de Seraing, a annoncé lundi lors du conseil communal qu’il avait démissionné de ses postes d’administrateur au sein des intercommunales Publilec et SOCOFE, ainsi que d’EDF Luminus où il était membre du comité stratégique et de Publipart, dont Publifin est actionnaire et dont il était le vice-président du conseil d’administration. C’est également au sein de Publipart que l’échevin socialiste gantois Tom Balthazar siégeait, un échevin qui, ce week-end, a démissionné de son poste scabinal et qui a également abandonné sa position de tête de liste pour les élections communales de 2018, emporté par le scandale consécutif au grand déballage Publifin.
Publipart est une SA à capitaux publics dont l’actionnaire principal est Publilec. Cette dernière, présidée par l’échevin sérésien Eric Vanbrabant, a été créée au moment où la SPE, opérateur public dans le domaine de l’électricité, qui regroupait des communes comme Seraing et Gand, s’est adossée à EDF France afin de rester concurrentiel sur un marché énergétique libéralisé.
Alain Mathot a par ailleurs précisé que ces différents mandats énergétiques ainsi que celui de président de Newin, un mandat exercé à titre privé au sein de cette filiale de Publifin, lui rapportaient 2.600 euros net par mois.
« L’argent des Liégeois n’a pas été volé au travers de ces structures et de toutes celles qui sont dans l’œil du cyclone. Il a créé de l’emploi en région liégeoise, il a servi de levier et permet à Seraing d’obtenir 4 millions de dividende en tant qu’actionnaire de Resa »
Le bourgmestre de Seraing a indiqué que la Ville de Seraing était actionnaire de Publifin à concurrence de 5%.
Egalement épinglé pour avoir été rémunéré, dans le cadre de certains mandats, via une société de management, le député-bourgmestre de Seraing a souligné qu’il s’agissait d’une « société patrimoniale liée à la gestion d’un immeuble privé. Des travaux devaient y être réalisés et une recapitalisation de la société opérée. C’est à ce moment que le mandat privé de Newin a été ajouté. Il s’agit donc de raisons administratives et comptables », affirme-t-il.

Partager l'article

14 février 2017 - 02h40