Publifin – "Une meilleure rédaction du texte de loi aurait probablement permis d'éviter ces dérives"

Le rapport sur les rémunérations au sein de Publifin, qu’avait commandé le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Paul Furlan, à son administration, a été transmis mardi au Parlement wallon. L’administration n’y soulève pas véritablement de faute légale, mais bien un problème en matière d’éthique. Elle estime par ailleurs qu’une « meilleure rédaction du texte de loi aurait probablement permis d’éviter ces regrettables dérives ». Dans un document de près de 20 pages, l’administration conclut à la possibilité de deux lectures sur la légalité des rémunérations perçues au sein des comités de secteur, selon la lettre ou l’esprit de la législation. Sa conclusion est toutefois que « quelle que soit l’hypothèse retenue en termes de légalité, l’attribution de rémunérations, sans réelle prestation réalisée en contrepartie, apparait évidemment contestable sur le plan éthique ».
Le rapport ajoute que les administrateurs de Publifin s’étaient engagés à travailler en respectant des règles déontologiques.
« S’il devait s’avérer que ces obligations n’ont pas été respectées par certains membres des comités de secteur de l’intercommunale, ce qui parait être le cas, il revenait alors au Conseil d’administration de prendre les mesures de sanction en conséquence et d’avertir l’Assemblée générale pour une éventuelle décision de révocation », souligne l’administration. « A défaut, la responsabilité du Conseil d’administration (…) est dès lors engagée », ajoute-t-elle.

Partager l'article

24 janvier 2017 - 19h45