Publifin – L'AG de Publifin justifie la légalité des comités sectoriels et annonce leur suppression

L’Assemblée générale de l’intercommunale Publifin a adopté à la majorité qualifiée le plan stratégique 2017-2019, jeudi à Liège. Avant cela, son président a lu un communiqué relatif à la suppression des comités sectoriels. Un seul point figurait à l’ordre du jour de l’Assemblée Générale de l’intercommunale Publifin (ex-Tectéo): l’adoption du plan stratégique 2017-2019. Mais la présence d’une cinquantaine de personnes dans la salle était surtout due aux remous causés par les révélations de l’Echevin des Finances de la commune d’Olne, Cédric Halin, concernant les rémunérations des membres des comités sectoriels. Avant l’Assemblée générale, un conseil d’administration avait décidé de la suppression de ces comités de gestion.

André Gilles, le président de Publifin, a donc tenu à ouvrir l’assemblée par la lecture d’un communiqué retraçant l’historique de la création de ces comités sectoriels et insistant sur leur légalité. Il a également précisé qu’à partir de 2017, un nouveau décret aurait de toute façon conduit à la suppression de ces comités. « Une mise au point qui me semblait importante compte tenu de l’intérêt porté à notre institution comme si elle avait commis une faute », dit-il, ajoutant qu’il ne ferait pas d’autre commentaire.

Trente-deux des quatre-vingt communes que regroupe l’intercommunale avaient envoyé un représentant à l’assemblée générale qui a adopté à la majorité qualifie le plan stratégique 2017-2019. La seule remarque à ce sujet est venue de Cédric Halin: « Mon conseil communal a estimé à l’unanimité que ce plan stratégique ne respectait pas les dispositions de l’article 1523-13 paragraphe 4 du code de démocratie locale et de décentralisation », dit-il.

« Cet article cite que le projet de plan doit contenir des indicateurs de performance ainsi que des objectifs qualitatifs et quantitatifs permettant un contrôle interne dont les résultats sont synthétisés dans un tableau de bord. » Une intervention qui a irrité André Gilles. « Nous avons été assez long que pour avoir à subir de vous entendre », a dit le président avant de remercier l’assemblée pour « sa présence, sa participation et son soutien à un outil puissant qu’il serait dommage d’abimer par des propos que je ne qualifierai pas. »

Partager l'article

22 décembre 2016 - 20h55