Publifin – Après la Wallonie, le MR s'attaque à la malgouvernance bruxelloise

Le scandale Publifin a fait resurgir les problèmes de gouvernance, de cumul et de plafonds de rémunérations dans les intercommunales wallonnes. Ce scandale a éclaté en dépit de l’existence de règles qui ont pu être contournées. Mais à Bruxelles, ces règles n’existent même pas, s’est étonné lundi le président du MR, Olivier Chastel, annonçant, à l’occasion de ses voeux à la presse, sa volonté d’élargir le focus de la gouvernance à la Région-Capitale. Les chefs de groupe wallon et bruxellois, Pierre-Yves Jeholet et Vincent De Wolf, ont été chargés de (re)déposer des propositions.

“On a mis en place toutes une série de règles qui n’existent pas toujours à Bruxelles”, a observé Olivier Chastel évoquant l’absence de plafond de rémunération pour ceux qui siègent dans les intercommunales. Il n’y a pas non plus à Bruxelles d’organe de contrôle à l’instar de la cellule wallonne enregistrant l’ensemble des mandats et rémunérations, celle qui aurait dû alerter le ministre (PS Paul) Furlan sur la présence dans son cabinet de mandataires peu scrupuleux. “A Bruxelles, cela fait onze ans qu’on attend”, a-t-il dit.

Le MR avait prévu, comme les années précédentes, de vanter, à l’occasion de ses voeux à la presse, la politique menée par les siens au fédéral. Mais une fois n’est pas coutume, l’entièreté de son bureau a été consacrée, en présence du Premier ministre Charles Michel, à la situation de la gouvernance régionale.

Partager l'article

23 janvier 2017 - 15h20