Proximus League – Démission du président d'OHL (1B) impliqué dans le scandale de corruption en Angleterre

Jimmy Houtput, le président du club de football de division 1B de Oud-Heverlee Louvain, a démissionné vendredi. Il a annoncé sa décision sur Facebook après avoir été impliqué dans le scandale de corruption dans le football anglais révélé par la presse. « Cette démission n’est en aucun cas, un aveu à la suite de la publication d’un article récent, mais la conséquence d’une accumulation de déceptions beaucoup plus profondes » a-t-il précisé.
Selon le quotidien britannique The Telegraph, Houtput a proposé à des journalistes enquêtant sous de fausses identités d’apporter son aide afin de contourner les règles en matière de tierce propriété (TPO). La même enquête a contraint Sam Allardyce à démissionner de son poste de sélectionneur de l’équipe d’Angleterre, 67 jours après sa nomination, après avoir offert ses services pour des pratiques similaires.
« Je peux dire que ce n’est pas vrai » a précisé Houtput, qui était président d’OHL depuis près de deux ans. « Si les médias utilisent cette occasion pour me lier, moi et le club, aux scandales, c’est l’exemple de plus d’un monde malade où l’apparence est nécessaire pour organiser la sensation. Ni moi, ni mes collègues d’OHL ne concluraient aucun accord contraire aux règlements. »
La pratique suggérée consiste pour un club à céder les droits économiques d’un joueur à un fonds privé en échange d’un futur partage du montant du transfert. Elle a été interdite par la FIFA l’année passée.
Dans l’enregistrement téléphonique diffusé sur le site du Telegraph, Jimmy Houtput propose à un prétendu investisseur d’acquérir un joueur pour le compte d’un fonds privé, qui garderait tous les droits économiques sur celui-ci.
Il stipule que le joueur sera ensuite transféré là où le fonds le décide aux conditions fixées par ce dernier. Pour masquer cette opération, le président du club propose de conclure un contrat de sponsoring.
Le président du club louvaniste précise, selon l’article du quotidien, espérer attirer des talents au sein de l’équipe sans coût supplémentaire, même si cela ne revêt qu’un caractère temporaire.
« Le monde du football est une jungle dominée par les agents qui prétendent même pouvoir influencer les rencontres et par les egos sur et en dehors du terrain. Même la presse perd son objectivité quand cela concerne le football et crée de sa sensation et de l’apparence. Cette apparence est devenue plus importante que la réalité. Ce n’est pas mon milieu naturel et ce n’est pas non plus ce que je suis en tant qu’homme. Dans la jungle du monde du football, je ne peux pas être qui je suis vraiment », conclut Jimmy Houtput

.

Partager l'article

30 septembre 2016 - 09h05