Présidentielle française – Primaire socialiste élargie: candidats et organisateurs sereins sur la participation

Les candidats et les organisateurs de la primaire socialiste élargie se montraient sereins dimanche matin sur le niveau de la participation au Premier tour. Alors que le président sortant François Hollande, en déplacement au Chili, ne participe pas au vote, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a déposé son bureau dans l’urne au siège du parti socialiste rue de Solférino, en début de matinée et devant les caméras. « Dans les bureaux de vote il y a du monde, c’est bien », a affirmé pour sa part l’un des favoris du scrutin, l’ancien ministre Arnaud Montebourg, venu voter dans son fief de Montrer en Saône et Loire. « J’estime qu'(avec) entre 1,5 et 2 millions (d’électeurs) nous aurons atteint notre objectif », a dit le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis dans un entretien au Parisien.

Ce serait loin des 4,3 puis 4,4 millions d’électeurs des deux tours de la primaire de la droite en novembre, et des 2,7 puis 2,9 millions de votants de la primaire PS de 2011. « Je souhaite qu’il y ait plus d’un million et demi » de votants, a déclaré pour sa part le candidat socialiste Vincent Peillon, qui s’est lancé dans la course il y a six semaines seulement. « C’est important, donner de la force à la gauche », a-t-il dit avant de voter dans le 5e arrondissement de Paris.

Dans la consultation de la « belle alliance populaire », un trio de tête se détache pour l’emporter au terme d’une campagne éclair. Malgré des rencontres de terrain chahutées, l’ex Premier ministre Manuel Valls espère que son expérience lui permettra de l’emporter face à deux anciens ministres frondeurs, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

Partager l'article

22 janvier 2017 - 11h35